Téléconsultation : ça avance mais attention !

Le numérique et la santé, c’est l’axe de travail que tient à mener le Ministère de la santé à partir de 2021. Le conseil de l’UNCAM a voté en septembre 2020 les orientations en vue de l’ouverture de négociations conventionnelles en faveur notamment de la télésanté et du numérique en santé pour toutes les professions de santé.

L’article de loi L.6316-1 du code de la santé publique donne une définition précise de la télémedecine*.

Jeudi 3 décembre 2020 s’est déroulée la première séance de négociations conventionnelles des chirurgiens-dentistes pendant laquelle l’Union Dentaire a défendu les prérequis, le cadre et le déroulé de la mise en place de la téléconsultation et de la télé-expertise.

La téléconsultation est réservée à l’urgence et les patients dans l’impossibilité de se déplacer.

L’UD, par son expertise, a permis d’éviter toute dérive mercantile telle que l’exercice exclusif de la téléconsultation par des centres mais en a élargit le spectre d’utilisation.

Dans sa démarche d’accès aux soins la CNAM ne va malheureusement pas au bout de son idée et devra se résoudre modifier sa proposition. En effet dans l’état actuel du texte, l’UD n’apposera pas sa signature si la CNAM ne lève pas les freins nécessaires à une véritable réussite de la téléconsultation. Les outils sont existants et fonctionnels, un cadre trop restrictif risque d’en rendre l’usage contre-productif au détriment des malades.

 

 

 

*Article L.6316-1 du code de la santé publique :

La télémédecine est une forme de pratique médicale à distance utilisant les technologies de l’information et de la communication. Elle met en rapport un professionnel médical avec un ou plusieurs professionnels de santé, entre eux ou avec le patient et, le cas échéant, d’autres professionnels apportant leurs soins au patient. 

Elle permet d’établir un diagnostic, d’assurer, pour un patient à risque, un suivi à visée préventive ou un suivi post-thérapeutique, de requérir un avis spécialisé, de préparer une décision thérapeutique, de prescrire des produits, de prescrire ou de réaliser des prestations ou des actes, ou d’effectuer une surveillance de l’état des patients

 

 

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.