Actualités

L’hégémonie enfin vouée aux gémonies ?

14 - 01 - 2016

Les élections URPS de décembre semblaient avoir ouvert la porte à des changements tant reportés pour notre profession. Nul ne sait encore ce que donneront les négociations conventionnelles très difficiles à venir. Mais les signes donnés ces derniers jours par l'ancien syndicat omnipotent ne vont pas dans le bon sens. De l'action contre la loi santé auprès du Conseil Constitutionnel, à l'éditorial du CDF, jusqu'au vote dans la région Pays de la Loire, la CNSD ne semble pas avoir pris acte de l'importance et de la signification majeure des élections aux URPS.

L'action auprès du Conseil Constitutionnel, où la CNSD dans un geste "Unitaire", appelle les deux autres syndicats à parapher son action, était déjà la marque d'une suffisance par trop habituelle. La célérité à déposer seule rapidement sa requête voulait- elle effacer la lenteur qu'elle avait à se joindre aux actions contre la loi santé quelques semaines auparavant?

Le vote du bureau des Pays de la Loire, où la CNSD, majoritaire, a ostensiblement évincé de son bureau les autres composantes de la profession, alors que l'UJCD dans sa décision de décembre avait décidé de laisser la présidence au syndicat arrivé premier tout en appelant celui-ci à ouvrir les bureaux aux autres syndicats pour permettre à chacun de participer à la vie des URPS (la CNSD pays de la Loire a la majorité seule, bien sûr, mais rien ne l'empêchait de faire appel aux autres syndicats pour faire montre d'ouverture). Il semble même que le mot d'ordre CNSD soit de truster tous les postes quand cela est possible.

Et pour finir cet éditorial ahurissant , "ce changement d'ère" qui n'en manque pas ! Nous y trouvons des inversions des causes et des effets, un début d'autocritique vite caché sous le qualificatif d'"injustes" et "infondés" où le syndicat ex majoritaire accuse les politiques de tous les maux et de tous les torts, en omettant les siens. Et pour finir, cet hallucinant "Dès lors, plus rien ne s’oppose à ce que notre ton change et se durcisse. C’est la leçon de ce scrutin." Comment ? Le syndicat qui avait tous les pouvoirs depuis des décennies a attendu d'être battu pour hausser le ton, pourquoi ne l'a t il pas fait plus tôt quand il avait le poids et la responsabilité que lui donnait son statut de syndicat majoritaire ?

Il est grand temps que la Cnsd change d'air, de ses grands airs.

Par Pierre Schmidt, Secrétaire Général Adjoint National

 
éditorial

Articles similaires

Nous contacter

* champs obligatoires à remplir

Union Dentaire
14 rue etex, 75018 paris.
Tél : 0144855121

Nos partenaires