Actualités

Dirigeants confédéraux, encore un effort pour devenir démocrates !

21 - 09 - 2015

Manifestation de majesté outragée de la part de la Confédération, ou tentative pathétique de celle-ci pour tenter d’exister en dépit d’une absence de politique syndicale devenue évidente pour l’ensemble de la profession ?

Sous le titre « Ne pas se tromper de cible », la CNSD(*) prétend donner publiquement à l’UJCD des leçons de realpolitik en matière syndicale. La Confédération reproche à notre syndicat d’avoir refusé de constituer avec elle des listes communes pour les prochaines élections aux URPS. Une façon – assez stalinienne, disons-le – de tenter de faire de l’UJCD le diviseur de la profession ! Une façon aussi (mais cela semble avoir échappé aux dirigeants confédéraux) de créditer notre syndicat d’un pouvoir que la CNSD ne cesse pourtant de lui dénier !

Les faits sont simples : la CNSD a proposé à l’UJCD de faire liste commune dans deux régions (Île-de-France et Paca) et l’UJCD a rejeté cette proposition, pour des raisons que chacun comprendra et après consultation de son Conseil d’administration ce qui prend du temps. Par honnêteté, l’UJCD en a informé la profession au moyen d’unebrève publiée sur son site Internet le 30 août dernier, estimant que le sujet ne méritait pas de plus longs développements. En choisissant de le monter en épingle et d’en faire le thème d’un éditorial, la CNSD nous oblige à rétablir la réalité des faits. C’est maintenant chose faite.

Toutefois, nous voulons rassurer les dirigeants de la Confédération. Non, l’UJCD ne se trompe pas de cible, il suffit pour s’en convaincre de lire avec un minimum d’attention les textes que nous publions et les actions que nous menons. Notre cible, c’est le projet de loi de santé et les réseaux des complémentaires qui s’inscrivent dans la même logique : faire des praticiens de simples exécutants sous contrôle et des patients des consommateurs de soins étroitement encadrés.

La loi de santé vise à établir une mainmise totale de l’État sur l’assurance maladie, à vider le cadre conventionnel de toute substance et à transformer – en particulier par la généralisation du tiers payant – la nature même des professions médicales. Si elle est adoptée, elle offrira ainsi largement aux opérateurs de réseaux à remboursements différenciés le moyen de prospérer sans s’intéresser aucunement aux problématiques de santé. C’est ce « meilleur des mondes » uniquement fondé sur l’argent et la marchandise que l’UJCD combat sans relâche.

    Par Philippe Denoyelle, président de l’Ujcd-Union Dentaire  

(*) Le chirurgien-dentiste de France, éditorial du n° 1675 en date du 17 septembre 2015.

Communiqué de presse

Articles similaires

Nous contacter

* champs obligatoires à remplir

Union Dentaire
14 rue etex, 75018 paris.
Tél : 0144855121

Nos partenaires