Actualités

Assistant(e) dentaire qualifié(e) Niveau 2 : Un nouveau métier, une révolution ou un fantasme ?

23 - 11 - 2020

Ce dossier vient de faire un pas en avant majeur. L’Union Dentaire, qui apprécie d’être enfin suivie par les CDF sur l’évolution de la formation et sur le nom même d’assistante de médecine bucco dentaire, se réjouit de l’avancée du dossier. Quel que soit le nom qui fera consensus (assistante de médecine bucco-dentaire, assistante bucco-dentaire, assistante clinicienne dentaire, assistante hygiéniste dentaire), il est évident et souhaité vivement par la profession et les assistantes dentaires elles-mêmes que l’obtention du statut de professionnel de santé  le 26/01/2016, fruit d’un travail opiniâtre de l’Union Dentaire depuis 2001, aboutisse enfin à l’élaboration d’un véritable parcours professionnel. Nous le répétons : c’est l’un des enjeux primordiaux de la profession L’exercice de la médecine bucco-dentaire est en constante évolution, de même que la convention actuelle devenue de fait « évolutive » puisqu’en chantier permanent. Il est donc indéniable que la profession a intérêt à  construire un diplôme d’assistant dentaire à plusieurs volets et niveaux avec des compétences adaptées à chaque spécialisation ou type d’exercice. Une réforme de fond s’avère nécessaire pour que la formation des assistants dentaires leur permette d’acquérir un haut niveau de compétences techniques qui puisse embrasser toutes les évolutions futures de l’exercice de la chirurgie dentaire Actuellement, en France, le personnel qualifié, habilité à travailler en cabinet dentaire, est constitué des aides dentaires et des assistant(e)s dentaires. Si les aides dentaires sont qualifiées pour assurer l’accueil du patient, la gestion des dossiers, la stérilisation, seules les assistant(e)s qualifié(e)s sont autorisées à seconder le chirurgien-dentiste dans l’aide opératoire au fauteuil.

« La profession d’assistant dentaire consiste à assister le chirurgien-dentiste ou le médecin exerçant dans le champ de la chirurgie dentaire dans son activité professionnelle, sous sa responsabilité et son contrôle effectif. Dans ce cadre, l’assistant dentaire contribue aux activités de prévention et d’éducation pour la santé dans le domaine bucco-dentaire. L’assistant dentaire est soumis au secret professionnel. »

Les activités ou actes que l’assistant peut se voir confier sont déterminés par décret en Conseil d’Etat pris après avis de l’Académie nationale de médecine et de l’Académie nationale de chirurgie dentaire. La profession est réservée aux personnes titulaires du titre de formation française. Le diplôme devrait permettre  de créer des passerelles entre cabinets libéraux, hôpitaux et centres de santé. Les examens sont répartis tout le long du cursus et leurs validations permet l’obtention du titre d’assistante dentaire reconnu niveau IV délivré par les instances professionnelles dentaires membres de la CPNE ou habilité par la CPNE (Commission Paritaire Nationale pour l’Emploi), inscrit sur le Répertoire National des Certifications Professionnelles classé niveau IV, code CNIS 331S (arrêté du 02/10/2006 – JO Au niveau européen, et plus particulièrement en Allemagne, la formation en alternance dure trois ans. Le travail quotidien au cabinet dentaire est complété par une formation dans une école professionnelle une fois par semaine. Un examen intermédiaire a lieu en fin de la deuxième année de formation. Après trois ans,  l’examen final constitué d’épreuves orales, pratiques et écrites devant un jury donne accès au diplôme d’assistante dentaire.(5) Les missions de l’assistante dentaire en Allemagne sont les mêmes qu’en France. Toutefois, leur champ de compétences est élargi car elles ont la possibilité d’acquérir d’autres qualifications : Chacune de ces spécialités requérant 400 à 700 heures de formation supplémentaires et exigeant  un minimum d’expérience professionnelle préalable. Nous avons imaginé à l’Union Dentaire que ce poste d’assistant(e) dentaire niveau 2 aurait un rôle primordial dans la prévention, dans l’information, le numérique, l’éducation thérapeutique et dans la santé environnementale . L’enjeu immédiat est d’obtenir l’arbitrage d'Olivier Véran, Ministre de la Santé, afin de pouvoir démarrer le chantier qui doit faire émerger les besoins réels de la profession, solliciter nos  forces vives, notre créativité et nos capacités de prospection pour inventer réellement et rapidement ce métier pour permettre à tous les membres des équipes dentaires futures de travailler avec une meilleure  qualité de vie et d’optimiser davantage cette collaboration si nécessaire entre le praticien et son assistante.

Actualité

Articles similaires

Nous contacter

* champs obligatoires à remplir

Union Dentaire
14 rue etex, 75018 paris.
Tél : 0144855121

Nos partenaires