Actualités

Clap de fin ?

19 - 01 - 2017

Préalable de l’Union Dentaire, à la séance de négociations de l’avenant 4 à la convention dentaire du 19/01/2017   Depuis plusieurs mois déjà nous négocions l’avenant 4 à la convention de 2006 sous la menace, mise en œuvre après l’ouverture même de ces négociations, d’un règlement arbitral en cas de non accord.L’Union Dentaire salue l’écoute de monsieur REVEL, directeur de l’assurance maladie, et de ses services, et reconnaît qu’au fil du temps les positions des uns et des autres se sont rapprochées ; ce qui pourrait être l’amorce de la réforme que notre syndicat propose depuis plusieurs années. Cela met aussi en évidence les effets néfastes de l’ultimatum de la ministre de la santé qui, en imposant une date limite pour ces négociations, sera la seule responsable de l’échec de celles-ci si un accord n’était pas trouvé sur ces deux dernières journées. Si nous avons bien entendu, et cela avait été précisé aux trois syndicats lors de l’ouverture des négociations, que des revalorisations seraient proposées en contrepartie de certains plafonnements, le compte n’y est pas à ce jour. Ni en termes de revalorisations ni en termes de plafonnements, trop larges dans les actes visés, trop limités en valeurs, trop restrictifs, et pénalisants les praticiens comme leurs patients. Si l’accès aux soins du plus grand nombre ne peut que nous agréer, l’impossibilité de pouvoir proposer demain à certains de nos patients les actes les plus innovants, avec les matériaux de leur choix, décrédibilise l’architecture qui sous-tend cette négociation. En effet, par choix personnel ou par impératif médical, tout chirurgien-dentiste doit pouvoir offrir à ses patients notamment : - des onlays répondant aux meilleures technologies du moment, avec les matériaux de son choix ; - les céramo-céramiques. Ce ne sont que quelques exemples mais qui ne peuvent souffrir d’être soumis à un plafonnement qui, s’il était appliqué, interdirait la proposition de ces techniques à nos patients. Par ailleurs, l’utilisation de métaux précieux étant dans certaines circonstances impérative, il est indispensable que le coût de ces matériaux puisse être facturé en sus des travaux réalisés.Or, les plafonnements proposés aujourd’hui et systématisés, empêchent ces choix, entravent la liberté d’exercice des praticiens et l’accès des patients à certaines techniques pourtant conformes aux données actuelles de la science. Ceci, nous ne pouvons le valider. En tout état de cause, si un accord devait être trouvé, il devrait impérativement comprendre des clauses de « revoyure » annuelles afin de ne pas retomber dans les affres du passé et laisser perdurer des situations insupportables tant pour les praticiens que nos patients. Pour toutes ces raisons, l’Union Dentaire s’opposera à tout plafonnement sur les reconstitutions coronaires céramo-céramiques quelles qu’elles soient, et exigera ces espaces de liberté tarifaire. Elle exposera en temps voulu ses dernières propositions qui, si elles ne sont pas prises en compte en tout ou en partie, empêcheraient sa signature de l’avenant n° 4.   Déclaration de Philippe DENOYELLE, Président de l'Union Dentaire    Déclaration préalable à la séance du 19 Janvier par Philippe Denoyelle   

Nous contacter

* champs obligatoires à remplir

Union Dentaire
14 rue etex, 75018 paris.
Tél : 0144855121

Nos partenaires