Au niveau des protocoles, rien de nouveau?

Le Conseil national de l’Ordre des Chirurgiens-Dentistes a publié le 15 juillet une version modifiée des recommandations transitoires du Guide Soignant réunissant les Recommandations d’experts pour la prise en charge des patients nécessitant des soins bucco-dentaires en période de déconfinement dans le cadre de l’épidémie de COVID-19.

Les évolutions sont mineures. L’Union Dentaire a appelé dernièrement à rendre ces protocoles plus adaptés aux spécificités régionales en fonction de l’évolution (positive ou négative) de la situation dans chaque département.

Lire notre article sur l’appel à adapter les protocoles localement en cliquant ici

Téléchargez la nouvelle version du Guide Soignant en cliquant ici

 

Résumé des évolutions

Les groupes de patients restent inchangés. Les évolutions présentées ci-dessous sont les principaux changements par rapport à la version 2. Cependant, il est fortement recommandé au lecteur de prendre connaissance de l’ensemble du document car cette synthèse ne peut pas regrouper toutes les évolutions des recommandations.

a) Concernant la climatisation
Il est possible d’utiliser la climatisation dans les conditions suivantes :
▪ Lorsque celle-ci est nécessaire pour assurer des conditions de travail acceptables, à la plus faible vitesse possible, sans diriger le flux d’air vers la zone de soins et en assurant un apport d’air neuf régulier (cf. 6.1) ;
▪ Pour les patients du groupe 1 : pendant et en dehors des soins quels qu’ils soient ;
▪ Pour les patients du groupe 2 : uniquement en dehors des périodes où les aérosols sont produits ou encore en suspension.

b) Distinction des conditions cliniques générant des aérosols
Conditions d’exercice ne générant pas d’aérosols
• Pas d’utilisation de la seringue air-eau
• Pas d’utilisation d’un instrument rotatif
• Pas d’utilisation d’un instrument à ultrasons
• Pas d’utilisation d’un aéropolisseur

Conditions d’exercice générant une faible production d’aérosols provenant de liquides biologiques*
• Utilisation ponctuelle de la seringue air-eau et sans utilisation simultané de l’air et de l’eau
• Utilisation ponctuelle d’un instrument rotatif sans digue (par ex : ajustement de l’occlusion)

Conditions d’exercice générant une production importante d’aérosols provenant de liquides biologiques*
• Utilisation soutenue de la seringue air-eau
• Utilisation soutenue d’un instrument rotatif sans digue
• Utilisation d’un instrument à ultrasons
• Utilisation d’un aéropolisseur

*Le praticien doit suivre la démarche décrite en 5.1.2 (page 14) pour réduire la quantité d’aérosols contaminés.

c) Concernant le renouvellement de l’air
• Aérer au moins 15 minutes, fenêtre grande ouverte (cf. annexe 4) après :
-> Toutes les situations cliniques chez un patient du groupe 2 ;
-> Toutes situations cliniques générant une quantité importante d’aérosols chez un patient du groupe 1 ;
• Aérer dès que possible et pendant toute la phase de bionettoyage (afin d’assurer un apport d’air neuf) dans les situations cliniques générant une quantité faible d’aérosols chez un patient du groupe 1 ;
• En dehors de ces situations (par exemple pour une vacation complète avec des patients du groupe 1 et sans aérosol) aérer la salle de soins au moins trois fois par jour au moins 15 minutes.

d) Concernant la protection de la tenue de professionnelle
• La tenue professionnelle doit être changée au minimum quotidiennement et dès qu’elle est souillée ou mouillée.
• Pour la prise en charge des patients du groupe 1 :
-> Si la tenue professionnelle risque d’être mouillée ou souillée, il est recommandé qu’elle soit protégée, au minimum, par un tablier plastique (ou par une surblouse) ;
• Pour la prise en charge des patients du groupe 2 :
-> Quel que soit le type de soins prévu, la tenue professionnelle doit être totalement protégée, soit par une surblouse (ou à défaut par un tablier plastique complété par des manchons de protection) ;

e) Concernant le nettoyage des sols
• Nettoyage des sols (par balayage humide, sans utiliser d’aspirateur), 1 fois par jour, en fin de journée :
-> L’usage d’un détergent-désinfectant habituel est suffisant. L’usage d’un produit virucide EN 14 476 n’est plus obligatoire ;

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.