L’unité syndicale est indispensable, mais à quel prix ?

 

Billet d’humeur de l’ensemble des négociateurs UD

 

L‘ensemble de la profession est d’accord avec cet adage, nous serons meilleurs ensemble alors que la désunion nous conduira tout droit à notre perte.

L’Union Dentaire s’efforce de maintenir cette union à flot depuis bientôt deux ans, avant le début des négociations, mais il y a des mensonges qui ne passent plus. Quand certaines déclarations trompent délibérément les praticiens et bafouent certaines règles simples, comme l’honnêteté qui permet de vivre des négociations dans un climat d’écoute et de respect mutuel, il est urgent de les dénoncer et de repartir sur de nouvelles bases saines qui permettront à la profession d’avancer vers un exercice conventionnel qu’elle souhaite le plus proche possible de ses exigences et de ses attentes. 

 

Il n’est plus acceptable de lire les écrits du « premier » syndicat dentaire de France :  

  • « La porte du cabinet d’une Ministre peut s’ouvrir à la profession, ce n’est pas pour autant que nous sommes écoutés. »  FAUX, nous sommes écoutés mais nous ne sommes pas le centre du monde et l’ensemble de nos demandes et de nos desiderata ne pourront pas être pris en compte, nous le savons. Négocier, c’est dialoguer, écouter le point de vue des partenaires sociaux, des représentants qualifiés d’États de chacune des branches de l’assurance maladie en vue d’aboutir à un accord.  

 

  • « L’objectif en termes de santé publique est donc de recourir le plus possible à des actes prothétiques délabrants, plafonnés à des niveaux inacceptables, au détriment d’actes plus conservateurs » FAUX…Bien sûr, JAMAIS aucune de ces paroles n’a jamais été prononcée et encore moins envisagée. Il s’agit d’un mensonge et d’une exagération qui ne servent qu’à entrainer la profession dans une spirale négative. 

 

  • « La profession doit se réveiller et ne pas sombrer dans un pessimisme ambiant bien alimenté par certains représentants de la profession qui agitent inlassablement le chiffon rouge de « l’horrible règlement arbitral » loin d’être pire que ce projet infâme. » NON et NON, nous n’avons pas le droit d’appeler à la division, pas dans ces moments importants pour l’avenir de notre exercice.

 

  • « Les représentants de la FSDL viennent de signifier leur colère et leur indignation aux représentants de la CNAM devant une proposition de texte conventionnel si éloignée des réalités médicales. » FAUX ou alors leur Président, c’est Dr Jekyll et Mr Hyde. Le Docteur Solera était le premier à féliciter le directeur général de l’assurance maladie Nicolas Revel des avancées des nouvelles propositions lors de la dernière séance plénière tout en signifiant que certaines d’entre elles seraient bien sûr à revoir ; mais NON, à aucun moment en séance ils n’ont signifié leur colère. Cette affirmation ne vise qu’à tromper les praticiens en leur faisant croire que ce sont les seuls défenseurs de la profession. Heureusement, il n’en est rien !

 

  • L’Union Dentaire n’accepte pas que la FSDL puisse faire double jeu en proposant en séance, par l’intermédiaire de son président, le plafonnement des inlays core et des couronnes coulées à 190 euros devant l’ensemble des représentants des régimes d’assurance maladie obligatoire et complémentaires, et se présente ensuite comme le chevalier blanc anti-plafonnement. 

 

 

L’Union Dentaire appelle officiellement la FSDL à changer de politique de communication et à opter pour l’exact reflet de ses prises de positions officielles en séance afin de ne plus fausser ni polluer les négociations conventionnelles.

 

Une nouvelle convention, si elle est signée, et nous en sommes encore loin, sera une synthèse des propositions des trois syndicats et des partenaires sociaux dans une enveloppe contrainte par le gouvernement, enveloppe que nous voulons toujours plus importante.

– Il est donc urgent que tous les syndicats adoptent une démarche commune de défense de la profession.

– Il est aussi urgent que la seule priorité commune de TOUS nos syndicats soit l’avenir de notre exercice pour les générations actuelles et les futures.

 

 

Quelle est alors la volonté de l’UD en publiant ce billet d’humeur ?

 

 

L’UD appelle à nouveau solennellement à l’UNION, mais à la vraie, pas à une mascarade de façade qui promet ou affirme tout et son contraire dans la même journée.

 

Nous allons devoir continuer à nous battre ENSEMBLE pour négocier un texte où le plus grand nombre pourra se retrouver. Bien sûr, il ne sera pas celui de nos rêves mais il devra être une base acceptée par l’ensemble de la profession permettant de sortir de ces négociations conventionnelles par le haut. Le temps de la VERITÉ est venu.