Convention : Pourquoi le CA de l’Union Dentaire a décidé de signer

 

Par un vote de notre Conseil d’Administration National intervenu jeudi 31 mai, le président de l’Union Dentaire a été mandaté à signer le texte issu des négociations . Pourquoi une telle prise de position ? Avant tout, parce que ce nouveau projet conventionnel sera, à plusieurs points de vue, favorable à la très grande majorité de la profession. Par cet engagement, l’Union Dentaire ne choisit pas la facilité et assume ainsi ses responsabilités de syndicat représentatif à la différence de certains qui préfèrent se complaire à de simples calculs électoralistes.

 

Les nouvelles dispositions conventionnelles ouvriront la première étape d’une réforme qui permettra de mener une politique de santé publique centrée sur la prévention et les soins précoces, plutôt que sur l’échec thérapeutique qui conduit à la prothèse. C’est ce qui était attendu depuis des années par l’ensemble des consœurs et des confrères, c’est ce qui était réclamé par l’Union Dentaire. Avec ce changement essentiel, nous ancrons fermement la profession dans le monde de la médecine et nous offrons de vraies perspectives aux jeunes praticiens et aux étudiants.

 

L’investissement total des régimes d’assurance maladie représente 1,2 milliard d’euros et le gain net pour la profession s’élève à plus de 280 millions. Le niveau des revalorisations que nous avons obtenues et la prise en compte d’actes nouveaux permettront de maintenir l’équilibre de nos cabinets tout en préservant des espaces de liberté et des capacités d’évolution. Nous avons également obtenu l’instauration de clauses de sauvegarde et la mise en place d’une indexation.

 

Avec le nouveau texte conventionnel, nous mettons un terme définitif au règlement arbitral, qui constituait depuis un an une menace vitale pour notre exercice. La profession sera ainsi protégée contre le risque d’une application autoritaire tarifaire par la puissance publique. Le principe paritaire et la notion de dialogue social, bases de notre organisation conventionnelle, seront préservés et la profession pourra continuer à faire entendre sa voix dans le cadre des instances conventionnelles.

Contrairement au règlement arbitral, cette convention va instaurer un dialogue permanent et nous permettre de continuer à aller négocier par le biais d’avenants, les nombreux points encore perfectibles.

 

En ce qui concerne le RAC 0 : Nous demeurons très critiques sur le fond de cette mesure qui méconnaît la spécificité médicale de la chirurgie dentaire. De toutes les façons il devait s’appliquer à la profession, soit de façon non négociée (dont la version initiale aurait conduit à la mise sous tutelle de pans entiers de notre activité ), soit par son intégration dans le cadre des négociations ce qui a permis et permettra d’en limiter le champ et d’en contenir les conditions d’application. Avec ce nouveau texte, nous avons donc réussi à établir une sorte de périmètre de sécurité.

 

Il va sans dire que l’engagement de l’UD ne cessera pas le jour de la signature et que notre syndicat assumera pleinement ses responsabilités : nous nous sommes battus tout au long des négociations conventionnelles et nous continuerons à nous battre avec la même énergie. Car au lendemain même de la signature du texte conventionnel, l’Union Dentaire sera à nouveau au premier rang pour porter et faire valoir de nouvelles revendications en faveur de la profession.