Service Sanitaire Obligatoire, oui mais…

 

Pour l’UD: C’est une bonne initiative … mais sous conditions : La ministre de la Santé Agnès BUZYN et Frédérique VIDAL, ministre de l’Enseignement supérieur avaient annoncé lundi 26 février lors d’une visite à l’Université d’Angers, l’instauration du Service Sanitaire Obligatoire.

 

Ce lundi 26 mars, Madame BUZYN et le Premier ministre présentaient 25 mesures pour améliorer la prévention, notamment ce service sanitaire pour tous les étudiants en santé.

Les 47 000 inscrits dans les filières médecine, pharmacie, odontologie, maïeutique, soins de masseurs kinésithérapeutes et infirmiers devront dès la rentrée 2018 effectuer ce Service d’une durée de 6 semaines (temps plein) à 3 mois (temps partiel) non rémunéré.

 

Un service sanitaire obligatoire à l’obtention de leur diplôme !

 

A partir de la rentrée 2019, le dispositif doit être étendu à l’ensemble des filières en santé (ergothérapie, orthophonie, etc), portant le total des troupes à 50.000 « ambassadeurs de santé » par an.

Les frais de transport seront pris en charge si le lieu de stage est éloigné.

Pendant trois mois, de façon continue ou discontinue, ces étudiants organiseront des ateliers de prévention au cours de leur cursus. Ce service devra toutefois intégrer une formation et une évaluation et se limitera en réalité à six semaines à temps partiel.

 

Les actions de prévention seront axées sur cinq thèmes (l’alimentation, l’activité physique, les addictions, la sexualité et la contraception) au sein d’établissements définis (d’abord les collèges, lycées , universités , puis les entreprises, Ehpad, structures médico-sociales, prisons…). Les recteurs d’académie et les ARS recenseront les lieux de stage possibles. Ces actions de prévention seront récompensées par l’obtention de « crédits » d’unités d’enseignement.

 

Pour l’UD, il est impératif que ce stage n’empiète pas sur les heures du stage actif ou d’un stage hospitalier, au détriment de la formation clinique primordiale en dentaire. Il faudra aussi tenir compte du cursus chargé des étudiants : pas question pour les étudiants en Odontologie, comme pour les médecins, de réaliser ce Service avant la 3ème année d’études ! Pour Agnès BUZYN, « La prévention est une priorité de notre stratégie nationale de Santé…nos professionnels aux soins…doivent également être imprégnés de la culture de la prévention »

 

Les chirurgiens-dentistes le sont déjà !

 

L’UD se bat pour un volet prévention digne de ce nom lors des négociations conventionnelles.