Ce qui compte, c’est que nous reprenions. Enfin !

Interview de Franck MOUMINOUX,
Secrétaire Général National de l’Union Dentaire.


Alors, comment va la profession après cette période particulière et à un week-end de la reprise ?

Comme la carte de France de sortie de confinement que le gouvernement a présenté ces derniers jours, notre profession en aura vu de toutes les couleurs ces deux derniers mois.

 

Les chirurgiens-dentistes se sont posés énormément de questions, comment vont ils ?

Oui, c’est normal. Une semaine avant la reprise potentielle de l’activité, un nombre conséquent de questions demeuraient. Et le manque de réponses et l’incertitude de cette situation inédite tant pour nos vies professionnelles que personnelles, ont  suscité des peurs et des angoisses compréhensibles chez chacun d’entre nous.

Mais heureusement, beaucoup de questions ont trouvé réponse cette semaine ce qui nous permet aujourd’hui d’aborder la reprise avec beaucoup plus de confiance.

L’arrivée des masques dans les pharmacies, la concrétisation de notre travail avec la CNAM pour les indemnisations et la découverte du montant des aides ainsi que l’édition des guides de reprises ont permis aux consœurs et aux confrères de reprendre de l’assurance. Ils attendent tous lundi !

 

Quelles étaient ces questions ?

Les interrogations ont été diverses et variées et bien sûr, elles étaient légitimes. Dans quelles conditions va se passer la reprise ? Aurai-je des masques et du matériel ? Comment ne pas attraper le CoVid-19 ? Mes salariés reviendront-ils travailler ?  Les patients viendront-ils dans nos cabinets, parfois décrits comme « le meilleur endroit pour attraper le virus », dans les discours de certains acteurs de la profession dans les médias ? Arriverons-nous à faire face économiquement avec des rendez-vous plus espacés et des protocoles de distanciation sociale ?

 

Et vous avez des réponses à ces questions ?

Ecoutez, on ne va pas vous le cacher : il y’a quelques jours, je vous aurai sûrement répondu différemment mais comme le montre l’ensemble de nos publications cette semaine, énormément de ces questions ont trouvé réponse. Il en reste quelques-unes à apporter et nous travaillons avec les divers acteurs de notre profession pour y répondre.

 

Avez-vous été inquiet ?

Oui, dire le contraire serait mentir. Notre souci principal a toujours été d’amener l’information à l’ensemble de la profession sans aucune distinction et aussi de trouver des solutions, comme pour les masques, qui soient national et pour l’ensemble de la profession et non pas régional ou réservé à des groupes restreints. Et il y a eu aussi le sujet des aides que nous ne voyions pas arriver.

 

Oui, parlez-nous des aides, comment cela s’est il passé ?

Les aides ne sont pas encore sur les comptes de nos consœurs et confrères. Mais elles arrivent ! Notre syndicat a obtenu le déblocage d’une partie du surplus de la caisse de retraite (cf. CARCDSF) et les premiers versements devraient arriver mi-mai. L’Union Dentaire et l’autre syndicat signataire ont également obtenu que vous bénéficiez d’une indemnité compensatoire de l’Assurance Maladie.

Une aide totale moyenne pour un chirurgien-dentiste de plusieurs milliers d’euros pour cette première période du 16 Mars au 30 Avril. Nous sommes soulagés. Le travail auprès des acteurs de notre profession paie et devra continuer pour nous accompagner lors de notre reprise.

Les relations conventionnelles doivent aussi perdurer car on se pose toujours cette question : que serait-il advenu si nous n’avions pas signé la convention et si nous avions été sous règlement arbitral ? Cette question restera sans réponse mais lorsque nos consœurs et confrères recevront leurs aides, il faut qu’ils comprennent que cela aurait sûrement été beaucoup moins favorable.

 

Mais malgré tout, étant donné que notre pratique va changer et que ça va se ressentir sur notre activité, ça ne sera pas suffisant !

C’est vrai. C’est pour cette raison que l’Union Dentaire  a demandé officiellement l’ouverture prochaine d’une renégociation conventionnelle adaptée à la situation exceptionnelle et qui prendra en compte les mesures particulières prises par la profession pendant le CoVid-19 (en confinement et après le confinement jusqu’à un retour à la normale). Le Ministre de la Santé a confirmé l’ouverture prochaine de cette renégociation.

 

Vous nous disiez que nous pouvions être fiers de nous

Oui, nous pouvons être fiers de notre profession qui s’est débrouillée toute seule. Malgré les dysfonctionnements pour lesquels il faudra demander des explications une fois la situation d’urgence passée, les oublis qui ont parfois provoqué la colère, les charges importantes et les difficultés administratives auxquelles nous devons désormais faire face, nous pouvons toutefois être fiers de vivre et de travailler dans un pays où les autorités ne se lavent pas totalement de leur responsabilité. L’aide de l’Assurance Maladie en est un exemple. Ce n’est pas le cas partout : les assurances par exemple.

 

Et maintenant ? Et après ?

Notre exercice va changer, c’est indéniable. Tout ce qui ne tue pas rend plus fort, dit le dicton. Nous en aurons vécus, des épreuves. Nous saurons nous réinventer en avançant pas à pas, sans boule de cristal ni direction toute tracée. Comme nous l’avons été chaque jour ces huit dernières semaines, l’Union Dentaire sera aux côtés des chirurgiens-dentistes dans les mois et les années à venir, pour les aider dans ce monde d’après. Ce qui compte, c’est que nous reprenions. Enfin ! Toute la profession attend cela avec impatience.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.