Quelle sera la saveur de cet automne pour les chirurgiens-dentistes ?

Article disponible pour les adhérents dans l’UD Mag distribué dans vos cabinets

Une période stressante

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) avait prévenu dès le premier août : « la pandémie due au coronavirus sera certainement très longue ».

Les chirurgiens-dentistes s’inquiètent  de la suspension  de la dotation hebdomadaire notamment en masques FFP2, annoncée par la DGS pour le 5 octobre alors que le flux est déjà tendu pour certains équipements comme les gants.

Les pharmaciens d’officine aussi se posent des questions.

« Je prévois dès à présent un stock pour trois semaines auprès de mes fournisseurs, mais au-delà, si la crise reprend plus fort, comment faire pour équiper les pharmaciens, préparateurs et patients à haut risque médical qui ont droit à des masques sur prescription ? » commente le Dr Sonia AHIL, pharmacienne de proximité à Paris.

Elle fait face aussi à des  difficultés d’approvisionnement au niveau des tests, vu le nombre croissant de demandes dans sa pharmacie de TROD (Test Rapide d’Orientation Diagnostique) permettant de déceler la présence d’anticorps au virus dans le sang.

Outre les difficultés économiques subsistantes après les deux mois d’arrêt d’activité, malgré les aides obtenues par les syndicats signataires de la convention, les conditions de travail sont source de fatigue supplémentaire. Le port du masque FFP2 génère migraines, fatigue persistante voire même des malaises. Praticiens et patients sont plus anxieux.

Dans les cabinets de groupe, les conflits augmentent, nous alerte le Dr Alain DARY, chirurgien-dentiste à Toulouse : « Les codes relationnels indispensables pour mieux appréhender les exercices en groupe sont oubliés ».

 

L’engagement de l’UD face à cette période de crise

  • Dès la fin août, l’UD a fait une demande de prolongation de la dotation hebdomadaire en masques FFP2.
  • Elle se battra pour obtenir en Groupe de Travail (GT)  avec la CNAM l’aide forfaitaire pour EPI déjà demandée le 10 juillet.
  • Elle demande la reconnaissance de l’acte de téléconsultation et sa prise en charge par l’Assurance maladie (AM).
  • Les cadres UD sont prêts à assurer si besoin les services de garde et régulation au niveau des CDO.
  • La profession, par le pré questionnaire systématique aux patients, le respect d’un protocole rigoureux et les conseils aux patients, fait barrière à la  propagation de la Covid 19.
  • La coopération entre professionnels de santé va perdurer et s’accroître, notamment au niveau des Communautés Professionnelles Territoriales de Santé (CPTS).

Les élus UD URPS ont participé activement à l’approvisionnement en EPI et à leur distribution en région.

  • Début  octobre, les Conférences dentaires proposent une formation sur la gestion du stress.

Pour le Dr Jean-Luc HAZIZA, dans notre activité professionnelle, les relations saines et sereines reposent d’abord sur ce qu’il appelle « les règles d’or : la bienveillance, la gratitude, le respect et le dialogue».

La saveur de l’automne sera  corsée pour nous.

Mais nous sommes des professionnels de santé, responsables, solidaires et fiers de l’être.

Cette crise longue et éprouvante, nous la surmonterons !

Muriel WAGNER

 

 

Témoignage du Dr Marc PINCHEMEL, Chirurgien-dentiste (Yvelines)

Son point de vue en bref pour UD MAG :

  • « La reprise après le confinement a été compliquée pour moi, au début, du fait de la difficulté à trouver des EPI. Mon assistante a eu une suspicion de Covid et un arrêt de 3 jours. Mais elle n’a pu trouver un labo pour faire un test que 15 jours plus tard,  qui lui a donné le résultat, une semaine après…
  • J’ai moi-même abandonné l’idée de me faire tester vu la longueur des files d’attente devant les labos d’analyse.
  • L’analyse de la crise devra être faite pour éviter les défauts d’approvisionnement en matériel et médicaments et les manques de coordination des agences régionales de santé (ARS) pour la répartition des malades entre public et privé.
  • J’ai prévu un stock de trois semaines d’EPI et réussi à conserver un peu de trésorerie. Mais je serais bien content si l’UD pouvait encore obtenir des aides.
  • En cas de nouveau confinement, je me porterais encore volontaire pour les gardes. Je fais mon job ».
0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.