Convention et prospection : l’UD en action !

Comme chaque année, l’Union Dentaire a réuni ses cadres lors de son séminaire d’automne afin de travailler sur les lignes prospectives de notre profession, à court, moyen et long terme.

Temps essentiels de réflexion, ces séminaires ont, auparavant, permis à l’UD de « plancher » sur la notion de paniers de soins essentiels, la délégation de taches aux assistantes dentaires, la formation initiale des étudiants, la formation continue, etc.

Cette année, outre la suite de la mise en œuvre des mesures conventionnelles début 2020, il a été largement question du devis conventionnel et de la réforme des études dentaires que ce soit pour la restructuration du PACES, que de la 6ème année et des projets de spécialités nouvelles.

 

 Grâce à son action indéniable en tant que syndicat représentatif, signataire de la convention, l’UD par son sens des responsabilités, son intransigeance et sa ténacité, a permis de faire évoluer le devis dans le bon sens, plus simple et compréhensible pour les praticiens et leurs patients :

  • Par la suppression des colonnes ingérables, « montant des prestations de soins » , « charges de structure » et « prix de vente du dispositif médical », inclus dorénavant dans le montant des honoraires totaux.
  • Et surtout par la suppression de l’obligation de réalisation du devis d’alternative thérapeutique,  100 % santé ou à entente directe modérée, ajouté de façon concomitante au devis initial .

 

Grâce à l’Union Dentaire, seule une information d’alternative thérapeutique sera donnée au patient.

En cas de reste à charge éventuel, et sur demande du patient, un deuxième devis distinct pourra ensuite lui être donné.

Le texte conventionnel est ainsi respecté.

C’est une victoire claire et nette pour la profession.

 

La réflexion sur l’avenir de notre profession passe aussi par des sujets moins immédiats mais tout aussi vitaux :

  • Comment seront formés les futures consœurs et confrères à l’issue de la première année du cursus médical (MMOP Médecine, Maïeutique, Odontologie, Pharmacie) ?
  • Quid d’une sortie éventuelle des études médicales et odontologiques à un niveau L3 et quelle est l’articulation éventuelle avec la formation de nos assistant(e)s ?
  • Comment rendre la 6ème année utile et performante, par le biais d’un DES et quels sont les rôles pour les maitres de stage de demain ?
  • Quel est le positionnement des omnipraticiens de demain, indispensables au maillage territorial et en charge de la Santé Publique de notre population, face à l’émergence des nouvelles spécialités prévues : Santé Publique Orale – Odontologie Pédiatrique – Parodontologie – Endodontie – Réhabilitation Oro-Faciale Complexe ?
  • Quelles seront les modalités pour la certification périodique qui va concerner  par ordonnance les médecins en 2020, et les chirurgiens-dentistes, à partir de 2021.
  • Et aussi, quelle sera la réforme pour nos retraites ?

Cette période de fin d’année 2019 va, encore une fois, être riche en évènements concernant notre exercice de demain, au sein d’une société en perpétuelle évolution et  d’une exigence exacerbée.

 

Le rôle de votre syndicat, l’UD, est d’être encore et toujours à la pointe de la réflexion, afin de mettre en place des réformes utiles et indispensables pour toutes et tous, en adéquation avec notre société, ses exigences et l’intérêt des consœurs et confrères sur l’ensemble du territoire. C’est pour cela que l’UD, plutôt que de s’arc-bouter sur des positions passéistes à des fins démagogiques, poursuivra son engagement dans l’action, la proposition et l’accompagnement des chirurgiens-dentistes, au quotidien et dans leur avenir.

 

 

 

Par Philippe Denoyelle, Président de l’Union Dentaire