MIVILUDES, une disparition inquiétante !

Une nouvelle qui ne doit pas être pris à la légère : MIVILUDES ( Mission Interministérielle de Vigilance et de LUtte contre les DErives Sectaires ) sera rattachée au Ministère de l’Intérieur en 2020.

 

Instituée en 2002, par le Président Jacques CHIRAC, cette mission est placée sous l’autorité du premier ministre.

 

Elle partage son activité entre :

Traitement des signalements qui lui sont transmis ( environ 2 500 par an dont 40 % dans le domaine de la santé )

La formation des agents publics aux dérives sectaires : depuis 2014, MIVILUDES formait aussi les fonctionnaires et associatifs chargés de suivre les familles touchées par la radicalisation jihadiste.

 

Il s’agit dans les faits d’un rapprochement avec le Comité Interministériel de Prévention de la Délinquance et de la Radicalisation ( CIPDR ). Ce rattachement s’expliquerait notamment par la nécessité de partage de compétences avec d’autres organismes qui n’existaient pas lors de sa création. MIVILUDES et CIPDR ont un point commun important qui est la lutte contre les nouvelles formes de radicalité et les phénomènes d’emprise et d’enfermement.

 

Tout va bien, alors ?

 

Ce n’est pas l’avis du FFMKR, syndicat de kinésithérapeutes qui s’inquiète de cette situation et déclare que cette disparition entraine la perte d’avis incontestables pour la protection des patients. On ne peut que rejoindre l’avis de ce syndicat car, notamment la formation des professionnels de santé, est prisée par les sectes. A tel point qu’une convention est signée entre l’ Agence National du DPC ( ANDPC) et MIVILUDES.

Toute perte d’efficacité de ce dispositif ne manquerait d’être interprété comme un signal de faiblesse et pourrait engendrée une explosion de formations ayant pour objectif de délivrer des messages « influenceurs » de pratiques a visée sectaire.

L’Union Dentaire continuera de suivre ce dossier et ses éventuelles conséquences.

 

 

Par Marcel Perroux, Premier Vice-Président National de l’Union Dentaire