Edito : Une rentrée pas comme les autres

La rentrée est là. Le cabinet repart, les patients reviennent, la paperasserie s’est accumulée, chacun raconte ses vacances autour d’un café. L’administratif est toujours là. C’est bien une chose qui n’a pas changé. Bref ! Une rentrée comme les autres… ou presque. Il flotte un parfum d’inhabituel. Nous vivons toujours avec ce virus auquel nous nous habituons peu ou prou, malgré nous.

Un quart d’heure d’aération après chaque soin nébulisant. Est-ce tenable ? Sur le long terme, sûrement pas. Nous devons nous adapter et surtout, nous devons ajuster notre temps de travail : l’amplitude horaire s’est allongée et les délais pour obtenir un rendez-vous pour nos patients est repoussé, selon le degré d’urgence, aux calendes grecques ce qui peut les rendre agressifs, du moins énervés. Les vacances ont été plus courtes pour beaucoup. Alors combien de temps pourrons-nous tenir encore à ce rythme-là ?

Il devient par conséquent urgent que les négociations avec l’Assurance Maladie reprennent. La nomination en juillet du nouveau directeur général de la CNAM, Thomas FATOME, a repoussé l’échéance. Les négociations avec les autres professions de santé seraient également la cause de ce retard.  Il est impératif que puisse être mis en œuvre rapidement un supplément « temps et EPI ». Nous ne pourrons pas attendre l’été prochain pour que nos efforts et nos pertes soient compensés.

Nous sommes heureux de constater qu’un autre syndicat ait rejoint dernièrement notre proposition argumentée de supplément Covid  du 28 mai 2020 (en savoir plus). La profession est derrière nous !

Alors, Monsieur FATOME, quand pourrons-nous enfin reprendre les négociations ?

 

Franck MOUMINOUX, Secrétaire Général

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.