Cabinet dentaire et développement durable : utopique ?

Par Sophie Brassart, Vice-Présidente de l’Union Dentaire

 

La dentisterie verte en est encore à ses balbutiements. Eu égard aux problèmes environnementaux actuels, elle va certainement gagner en importance.

Depuis 2012, l’ADF s‘est penchée sur une charte en faveur du développement durable afin de guider les praticiens dans leurs efforts à diminuer l’impact environnemental de nos cabinets. Une bonne pratique est indispensable certes mais elle s’accompagne de gestes simples, aisés à mettre en place. Une mission de santé publique se doit de devenir responsable en prenant compte les impacts environnementaux , sociétaux et économiques.

Quelques exemples : tri des déchets ( DASRI), ampoules led à basse consommation, maîtrise de la consommation d’eau, réduction des déchets, achat et utilisation de produits matériaux et équipements plus respectueux de l’environnement …

 

Depuis, plusieurs campagnes en 2013 et 2014 se sont déroulées : https://www.adf.asso.fr/fr/nos-actions/developpement-durable

 

La question que nous pouvons nous poser est : Un cabinet éco-responsable, est-ce-possible?

Il est difficile de remettre en question notre façon de fonctionner dans un milieu où l’asepsie et les normes de travail sont si drastiques, mais des pistes s’offrent à nous.

De la gadgétisation à la mécanisation excessive en passant par la toxicité des produits à l’insu des praticiens, nous exerçons dans un milieu qui ne nous permet pas toujours d’appliquer des règles initiant un développement durable de nos cabinets sans des efforts de tous les jours.

 

Est-ce une raison pour ne pas essayer et mieux encore, de réussir ?

 

Pour cela, il nous faut revoir notre façon d’acheter, prendre en compte la toxicité des déchets, la façon dont ils sont conçus, la possibilité d’être réparés.

A commencer par nos produits désinfectants qui peuvent être moins toxiques et même écologiques. Bannir les gobelets plastiques et en utiliser conçus en bioplastique à partir de maïs.

Ceci sont juste des pistes à approfondir, posons nous les bonnes questions et mettons en place le maximum de méthodologie afin de pouvoir avoir des cabinets éco-responsables ?