Aphtes et maladie de Crohn

 

La maladie de Crohn est une inflammation chronique du tube digestif qui évolue par poussées entrecoupées de périodes de rémission.

Cette maladie peut s’étendre de la bouche à l’anus. Elle peut en effet atteindre n’importe quel segment de l’intestin (œsophage, estomac, intestin grêle, colon ou rectum), mais tous ne sont pas forcément concernés en même temps. Elle évolue par phases : les crises (ou poussées) alternent avec des périodes de rémission (absence temporaire de symptômes).

 

La maladie touche un peu plus souvent les femmes que les hommes (1,4 femme pour 1 homme) et se déclare le plus souvent vers l’âge de 20-30 ans ; elle peut toutefois apparaître plus tard, ou parfois, plus précocement, chez les enfants.

Grâce aux traitements (hygiène de vie, médicaments, chirurgie), on peut contrôler l’apparition des crises, mais on ne guérit pas de la maladie de Crohn.

 

La cavité buccale étant le point de départ du tube digestif, cette maladie chronique peut avoir dans certaines formes, des symptômes buccaux à type d’aphtes et/ou perlèches en période de crise (ou de poussée) associés ou non à une perte d’appétit et des maux de ventre.

Pour les patients sous traitement anti-TNF alpha (étanercept,infliximab, adalimumab), l’arrêt du traitement est recommandé pour tous les actes à risques infectieux sous couvert antibioprophylaxie (extraction, résection apicale, nécrose dentaire).

En revanche, pour les soins et les implants, aucune recommandation particulière est indiquée hormis une hygiène dentaire et des visites régulières.

 

 

Par Elie Sfeir, Secrétaire Général Adjoint National de l’Union Dentaire