La Corse engagée pour la profession

La Corse, île de beauté.
Avec la mer comme frontière naturelle.
Une chaîne de montagnes qui sépare les deux départements, Corse du Sud et Haute Corse.
Une collectivité territoriale unique.
Près de 350 000 habitants, dont 240 chirurgiens-dentistes, la Corse est le territoire le moins peuplé de France métropolitaine.
Et pourtant le 8 mars, malgré sa situation insulaire, Ajaccio est officiellement reconnue comme un « cluster » (zone à rassemblement massif de cas positifs au Covid 19). Aujourd’hui, l’île déplore 608 cas confirmés de CoVid-19 et 62 décès.

Dès le 5 mars déjà, notre confrère de Calvi, le Dr Raffalli, nous alertait sur la situation inquiétante de sa région et nous demandait si nous ne devions pas déjà réduire notre activité de façon conséquente. Il était précurseur.

François RAFFALLI est chirurgien-dentiste à Calvi. Président de l’Union Dentaire Corse, il préside également l’URPS Chirurgiens-Dentistes de l’île. Depuis le début de la crise, il est sur tous les fronts : lien avec le gouvernement et les institutions, l’Ordre, l’URPS, l’ARS ou en charge des soins d’urgence lors de ses gardes.

 

La Corse : en première ligne pour défendre la profession

Le Docteur Raffalli fait un bilan jusqu’ici positif de l’action des politiciens locaux dans la gestion de crise du CoVid-19. Les sénateurs Jean-Jacques PANUNZI, Paul-André COLOMBANI et Joseph CASTELLI, et les députés Jean-Jacques FERRARA, Jean-Félix ACQUAVIVA et Michel CASTELLANI ont répondu favorablement aux demandes de l’Union Dentaire relatives à la situation particulière des chirurgiens-dentistes. Ils se sont assez rapidement adressé aux Préfets, à l’ARS et au Ministre de la Santé pour défendre les intérêts de la profession toute entière.

Le 14 avril, le député Jean-Félix ACQUAVIVA a posé une question au gouvernement lors d’une intervention à l’Assemblée Nationale, demandant d’étudier la proposition de création d’un statut particulier, similaire à l’arrêt garde d’enfants, pour les chirurgiens dentistes. En réponse à cette question le Gouvernement a indiqué que l’Assurance Maladie verserait des Indemnités Journalières à chaque praticien. Dans un article paru dans Corse Matin du 27 mars, le Docteur François RAFFALLI a alerté sur le manque de matériel de protection accordé aux chirurgiens-dentistes et sur le flou concernant la situation des cabinets dentaires, fermés à la demande de l’Ordre National des Chirurgiens-Dentistes (ONCD) mais sans décret à l’appui.

Le 16 avril, l’URPS locale, dirigé par M. Raffalli,  alerte le Président de la Collectivité de Corse (CDC) sur les grandes difficultés économiques que traverse la profession dentaire depuis la recommandation de fermeture des cabinets par l’ONCD le 16 mars. Les aides de l’Etat (Fonds de Solidarité) et de la CDC doivent être versées à tous les praticiens, sans conditions, de façon à préserver l’offre de soins, de grande qualité dans l’île, dit le courrier.

L’Ordre a refusé de co-signer le courrier. Mais la CDC a répondu. Elle sera dès lors partenaire dans les actions de l’URPS, des représentants syndicaux, de l’Ordre, et de l’ARS. Après avoir doté les hôpitaux de Bastia et d’Ajaccio, elle s’est engagée à fournir des masques FFP2 pour la reprise et aider pour la commande des EPI. La distribution devrait se faire via les Conseils de l’Ordre.   

 

La prise en charge des soins d’urgence

Des visio-conférences ont été organisées régulièrement avec l’ARS, l’Ordre et l’URPS chirurgiens-dentistes Corse ainsi que des points hebdomadaires sur la permanence des soins (PDS), leur continuité, les perspectives et prospectives.

Suite à une réunion le 7 avril,  Xavier PIERI, Coordonnateur des professionnels de Santé libéraux à la Direction de l’Organisation des Soins, a adressé un arrêté portant modification de l’organisation de la permanence des soins (PDS) dentaires, signé par Me LECENNE.

Les représentants des chirurgiens-dentistes corses ont demandé à l’ARS régionale de notifier, par un acte écrit, les mesures générales nécessaires pour faire face à l’épidémie de covid-19 dans le cadre de l’urgence sanitaire.

Dès le 23 mars, les gardes ont été organisées sur tout le territoire : deux à Bastia, une à Corte, une en Balagne, une en Plaine Orientale, quatre à Ajaccio, une à Porto-Vecchio, une à Sartène avec un régulateur présent à Bastia et un à Ajaccio. Depuis le début de la crise, chaque praticien est chargé d’effectuer une  pré-régulation par transfert d’appel ou e-mail.

Il semble n’y avoir pas trop de surcharges de patients, avoue François Raffalli. Bastia passera peut-être à 4 cabinets de garde. Et pratiquement tous les cabinets sont fermés même si la CPAM constate quelques exceptions. Pour palier à l’absence des assistant(e)s, il arrive que deux dentistes soient présents lors d’une même garde.

Immédiatement après la mise en place du plan de soin des urgences, l’URPS a fourni 1000 kits d’équipements de protection individuelle (EPI : charlottes, sur chaussures et blouses). Décathlon a même contribué à l’effort en fournissant une soixantaine de masques de plongée et une vingtaine de combinaisons étanches.

L’ARS et l’Ordre, de leur côté, fournissent deux masques FFP2 par garde. Depuis, l ‘URPS a commandé 400 kits supplémentaires, 500 visières et 400 cagoules.

 

Une inquiétude qui monte dans la profession

On le sent, les praticiens sont très préoccupés pour la survie des cabinets, s’inquiète le Président de l’Union Dentaire Corse. On voit de plus en plus d’urgences arriver en nombre, avec une certaine gravité et aussi pas mal de demandes de confort (descellements, etc.). Franchement, il faut absolument finir nos soins vus en urgence en début de crise, s’alarme François Raffalli. Sinon, ça va s’aggraver. On ne peut pas laisser les patients sans soins définitifs aussi longtemps.

 

Le déconfinement

Le confinement est assez bien respecté par les habitants de l’île, note-t-il avant d’ajouter qu’une grande prudence doit être de mise, comme dans toutes les régions, pour la reprise de notre activité. 

On a beaucoup de chirurgiens-dentistes qui se demandent comment va se passer la reprise, souligne le docteur Raffalli. Pour eux naturellement. Mais aussi pour leurs employés et leurs patients. Le 21 avril, Jean-Paul MANGION a animé une conférence sur la reprise en partenariat avec l’Université de Corse. Un souffle d’air pour une nouvelle période qui s’ouvre? Le sujet est vaste comme les débats autour du CoVid-19 : les dispositions à prendre dans les cabinets dentaires, les mesures  pour assurer la sécurité sanitaire et bien sûr, un point sur les différents tests.

Mais François Raffalli est confiant et fier de sa région. Les praticiens corses, comme partout en France, se sont engagés pour leur profession et pour leurs patients. Je les félicite, s’enthousiasme le président de l’Union Dentaire corse. Du fond du cœur, je les remercie, c’est assez émouvant. Bravo la Corse ! Et il ajoute dans un geste de solidarité à l’attention de ses consœurs et confrères qui font face à cette crise sans précédent dans toutes les régions de France métropolitaines et d’Outre-Mer : tenez bon !

 

Annexes

Cliquez ici pour lire la lettre adressée par le Sénateur de la Corse-du-Sud, Jean-Jacques PANUNZI à M Olivier VERAN
Cliquez ici pour lire la question du député et sa réponse publiée au JO du 21/04/2020.
Cliquez ici pour lire l’article de Corse Matin.
Lire la lettre en intégralité en cliquant ici.
Lien vers le site de l’ARS Corse www.ars.corse.sante.fr
Cliquez ici pour lire la Fiche de procédure de l’organisation de la permanence de soins dentaires pour les soins urgents (Covid 19)
Cliquez ici pour lire l’arrêté ARS n°2020-130 du 20 avril 2020 portant modification de l’organisation de la permanence des soins dentaires en Corse.
Conférence disponible sur www.frenchtooth.fr.

 

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.