Comment me protéger ?

Sommaire

Comment me protéger ?

  • Commencez par réaliser une régulation téléphonique très stricte en limitant la venue au cabinet aux seuls patients hyperalgiques, fragiles et présentant des signes de décompensations d’une infection (ne plus utiliser le scellement de couronne, bridge, mobilité dentaire etc…)
  • A l’arrivée dans le cabinet dentaire, demandez un lavage obligatoire des mains avant de toucher les poignées du cabinet (ce qui nécessite l’accès à un point d’eau sans porte ou avec une porte ouverte)
  • Réalisez un interrogatoire ciblé sur les symptômes du CoVid-19
  • Dans la salle d’attente, retirez tous les journaux, autres prospectus ou objets créant un risque de contamination manu portée
  • Désinfection des chaises et accoudoirs
  • Limitez l’entrée dans la salle de soins au seul patient algique (sauf pour les mineurs, ou les traducteurs)
  • Faites réaliser un bain de bouche à la Povidone iodée (la marque Bétadine est très connue en France), ou au péroxyde d’hydrogène à 1% (eau oxygénée) plus efficace que la chlorhexidine contre ce virus
  • Limitez si possible le fraisage qui génère un aérosol pulvérisant à environ 1,5 mètres sur les surfaces autour du praticien
  • Installez un champ opératoire (digue) chaque fois que c’est possible avec une aspiration chirurgicale au plus près de la zone de fraisage pour limiter l’aérobiocontamination
  • Ayez des surfaces les plus dégagées possibles afin de faciliter leur entretien
  • Aérez la salle de soins le plus possible et la salle d’attente
  • Portez une tenue de travail dédiée aux soins : attention aux masques

 

Les masques dit médicaux ou chirurgicaux

Si le masque comporte une couche imperméable, il protège celui qui le porte contre les projections de liquides biologiques. Ce masque est parfois équipé d’une visière protégeant les yeux.

Les masques chirurgicaux, concept qui englobe désormais l’ensemble des masques utilisés pour les soins, sont des dispositifs médicaux de classe I qui relèvent de la directive européenne 93/42/CEE. Le marquage CE porté sur l’emballage atteste de la conformité de ces masques aux exigences essentielles de cette directive.

La norme EN 14683 « Masques chirurgicaux » a été adoptée par le Comité Européen de Normalisation le 19 septembre 2005 et apporte plusieurs avancées :

  • une recommandation pour que le porteur ajuste correctement son masque
  • la résistance aux éclaboussures est mesurée
  • une classification des masques en 4 types qui ont pour vocation d’être utilisés en salle d’opération et dans les situations de soins

Les masques filtrants type FFP2 :

Norme EN 149 définissant les exigences minimales auxquelles doivent satisfaire les demi-masques filtrants contre les particules
Performances de minimales exigées par la norme EN 149 : 2001

Classification
EN 149 : 2001
FFP1
FFP2
FFP3

Les mentions devant apparaître sont :

  • Le numéro, et l’année de la normecorrespondant au type de masque
  • La marque CE
  • La classe d’éfficacité (FFP1, FFP2, FFP3)

 

Traitement des cas à risque

Concernant les soins de patients à risque ou diagnostiqués positifs au Covid-19, des mesures supplémentaires doivent être prises dans les salles fermées, comme :

  • Avoir des surfaces de travail vides de toute boîte/stock… et protégées d’un champ de protection
  • Recouvrir les éventuels équipements informatiques d’un champ de protection
  • Aérer largement la pièce à la fin du soin
  • Désinfecter précautionneusement toutes les surfaces à la fin du soin
  • Porter une surblouse à manche longue resserrée aux poignets
  • Limiter la présence dans la salle à deux personnels soignants
  • Porter les EPI mentionnés ci-dessus : lunettes de protection/visière, gants, charlotte

L’accent est régulièrement mis sur le port d’APR de type FFP2 pour plusieurs raisons. La première est celle qui a été énoncée ci-dessus : les soins dentaires sont générateurs d’aérosols septiques contenant de très petites particules qui ne sont pas arrêtées par les masques chirurgicaux classiques. Ces particules peuvent être porteuses du Covid-19. « Les APR sont destinés à protéger celui qui les porte contre l’inhalation d’agents infectieux transmissibles dans des situations à risque telles que tuberculose, SRAS, grippe aviaire » (DGS, 2006). Les patients atteints du Covid-19 pouvant être contagieux même sans présenter de symptômes, il convient de pouvoir porter des APR de type FFP2 pour chacun d’entre eux dans un contexte d’épidémie et de volonté de contrôler celle-ci en protégeant les personnels de soins ne présentant en général pas de symptômes. La détection même du virus est parfois difficile, si bien qu’un enfant testé négativement peut tout de même être porteur du virus et vecteur de contamination.

Le port d’APR de type FFP2, comme des autres EPI, s’impose donc pour tout patient consultant en situation d’urgence dentaire durant la période d’épidémie au Covid-19.

* APR Appareil de Protection Respiratoire
* EPI Équipement de Protection Individuel

1 réponse

Trackbacks (rétroliens) & Pingbacks

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.