Actualité sur l’UJCD

Quelle sera la saveur de cet automne pour les chirurgiens-dentistes ?

Article disponible pour les adhérents dans l’UD Mag distribué dans vos cabinets

Une période stressante

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) avait prévenu dès le premier août : « la pandémie due au coronavirus sera certainement très longue ».

Les chirurgiens-dentistes s’inquiètent  de la suspension  de la dotation hebdomadaire notamment en masques FFP2, annoncée par la DGS pour le 5 octobre alors que le flux est déjà tendu pour certains équipements comme les gants.

Les pharmaciens d’officine aussi se posent des questions.

« Je prévois dès à présent un stock pour trois semaines auprès de mes fournisseurs, mais au-delà, si la crise reprend plus fort, comment faire pour équiper les pharmaciens, préparateurs et patients à haut risque médical qui ont droit à des masques sur prescription ? » commente le Dr Sonia AHIL, pharmacienne de proximité à Paris.

Elle fait face aussi à des  difficultés d’approvisionnement au niveau des tests, vu le nombre croissant de demandes dans sa pharmacie de TROD (Test Rapide d’Orientation Diagnostique) permettant de déceler la présence d’anticorps au virus dans le sang.

Outre les difficultés économiques subsistantes après les deux mois d’arrêt d’activité, malgré les aides obtenues par les syndicats signataires de la convention, les conditions de travail sont source de fatigue supplémentaire. Le port du masque FFP2 génère migraines, fatigue persistante voire même des malaises. Praticiens et patients sont plus anxieux.

Dans les cabinets de groupe, les conflits augmentent, nous alerte le Dr Alain DARY, chirurgien-dentiste à Toulouse : « Les codes relationnels indispensables pour mieux appréhender les exercices en groupe sont oubliés ».

 

L’engagement de l’UD face à cette période de crise

  • Dès la fin août, l’UD a fait une demande de prolongation de la dotation hebdomadaire en masques FFP2.
  • Elle se battra pour obtenir en Groupe de Travail (GT)  avec la CNAM l’aide forfaitaire pour EPI déjà demandée le 10 juillet.
  • Elle demande la reconnaissance de l’acte de téléconsultation et sa prise en charge par l’Assurance maladie (AM).
  • Les cadres UD sont prêts à assurer si besoin les services de garde et régulation au niveau des CDO.
  • La profession, par le pré questionnaire systématique aux patients, le respect d’un protocole rigoureux et les conseils aux patients, fait barrière à la  propagation de la Covid 19.
  • La coopération entre professionnels de santé va perdurer et s’accroître, notamment au niveau des Communautés Professionnelles Territoriales de Santé (CPTS).

Les élus UD URPS ont participé activement à l’approvisionnement en EPI et à leur distribution en région.

  • Début  octobre, les Conférences dentaires proposent une formation sur la gestion du stress.

Pour le Dr Jean-Luc HAZIZA, dans notre activité professionnelle, les relations saines et sereines reposent d’abord sur ce qu’il appelle « les règles d’or : la bienveillance, la gratitude, le respect et le dialogue».

La saveur de l’automne sera  corsée pour nous.

Mais nous sommes des professionnels de santé, responsables, solidaires et fiers de l’être.

Cette crise longue et éprouvante, nous la surmonterons !

Muriel WAGNER

 

 

Témoignage du Dr Marc PINCHEMEL, Chirurgien-dentiste (Yvelines)

Son point de vue en bref pour UD MAG :

  • « La reprise après le confinement a été compliquée pour moi, au début, du fait de la difficulté à trouver des EPI. Mon assistante a eu une suspicion de Covid et un arrêt de 3 jours. Mais elle n’a pu trouver un labo pour faire un test que 15 jours plus tard,  qui lui a donné le résultat, une semaine après…
  • J’ai moi-même abandonné l’idée de me faire tester vu la longueur des files d’attente devant les labos d’analyse.
  • L’analyse de la crise devra être faite pour éviter les défauts d’approvisionnement en matériel et médicaments et les manques de coordination des agences régionales de santé (ARS) pour la répartition des malades entre public et privé.
  • J’ai prévu un stock de trois semaines d’EPI et réussi à conserver un peu de trésorerie. Mais je serais bien content si l’UD pouvait encore obtenir des aides.
  • En cas de nouveau confinement, je me porterais encore volontaire pour les gardes. Je fais mon job ».

La teléconsultation dentaire : l’Union Dentaire demande sa mise en place !

Article disponible pour les adhérents dans l’UD Mag distribué dans vos cabinets

Comme 70% d’entre vous*, notre syndicat espère que cet acte novateur et technologique soit enfin autorisé pour notre profession et pris en charge par l’Assurance Maladie. La crise sanitaire que nous traversons met en avant ce manque dans notre arsenal thérapeutique. Analysons !

 

Télémédecine bucco-dentaire

 

Selon le code de la santé publique, la télémédecine est une forme de pratique médicale qui s’effectue à distance grâce à l’utilisation des technologies de l’information et de la communication. Elle permet aussi la mise en relation de plusieurs professionnels de santé entre eux ou avec un patient.

 

En dentaire, il s’agit essentiellement de : 

 

-la téléconsultation : elle permet au professionnel de santé de donner une consultation à distance à un patient pour établir un diagnostic et un parcours de soins à suivre.

 

-la télé-expertise : on peut ainsi solliciter à distance l’expertise d’un autre professionnel de santé en raison de sa formation ou compétence particulière.

 

-la télésurveillance : l’interprétation à distance de données relatives au suivi médical d’un patient permet de prendre les décisions nécessaires à sa prise en charge.

 

 

Tri des patients lors du confinement 

 

Pendant cette période très compliquée pour l’ensemble de notre profession, la téléconsultation est devenue indispensable afin de réaliser le suivi médical et surtout permettre de faire des ordonnances à distance et diriger les patients les plus urgents vers le système de garde mis en place à cet effet.

 

Il est à noter que l’ensemble de ces actes de télémédecine réalisés lors de la crise sanitaire n’ont pas été pris en compte par l’Assurance Maladie. Des discussions sont toujours en cours dans un groupe de travail spécifique qui permettra à terme de valoriser cet acte et de déterminer son champ d’action spécifique.

 

 

Coter l’acte

 

Cette expérience, rendue indispensable au vu de la situation sanitaire, a permis de se rendre compte de l’importance de ce nouvel acte. La téléconsultation constitue une aide nouvelle qui permettra de faciliter l’accès aux soins dans les zones sous-dotées et lors d’éventuelles futures périodes de crise sanitaire.

 

L’Union Dentaire continuera à mettre en avant les actes de télémédecine bucco-dentaire auprès de l’Assurance Maladie afin que ceux-ci soient valorisés à leur juste valeur et nous permettent d’assurer notre travail de soignant dans toutes les situations.

 

* Voir notre enquête publiée le 23 juillet 2020 « Les chirurgiens-dentistes et la crise » disponible ici

COMMUNIQUÉ DE PRESSE : Non à l’arrêt des dotations de masques pour les chirurgiens-dentistes !

Paris, le 25 septembre 2020

L’Union Dentaire demande officiellement à la Direction Générale de la Santé (DGS) la prolongation du dispositif de dotation de masques pour les personnels soignants mis en place à la sortie du confinement. La DGS a annoncé la fin de cette dotation pour le 4 octobre 2020. Chaque praticien devrait, par conséquent, s’équiper de manière autonome.

Depuis la réouverture des cabinets dentaires le 11 mai 2020, chaque chirurgien-dentiste bénéficiait d’une dotation de 24 masques par semaine. Ce processus a été, selon les endroits, très difficile à se mettre en place. Mais il permet aux praticiens de bénéficier d’un soutien de l’Etat face à la hausse importante des dépenses due aux protocoles mis en place pour lutter contre la propagation du CoVid-19 en France.

A ce jour, les chirurgiens-dentistes font face à une baisse de leur chiffre d’affaires. L’aération entre chaque patient et le coût des Equipements de Protection Individuelle (EPI) sont les principales causes de cette chute.

Les mesures annoncées le 23/09/2020 par Olivier Véran, Ministre des Solidarités et de la Santé, vont dans le sens d’une poursuite toujours plus active des protocoles sanitaires, notamment dans les zones les plus touchées.

A ce jour, les négociations avec l’Assurance Maladie pour l’obtention d’une compensation face à ces contraintes qui pèsent sur leur activité n’avancent pas. L’Union Dentaire est en faveur d’un supplément « temps et EPI » à 72€ sur tous les actes générateurs d’aérosol.

Il est donc primordial que la distribution des masques pour les personnels soignants, notamment les chirurgiens-dentistes, soit prolongée au-delà du 4 octobre. C’est un soutien indispensable à des soignants qui participent activement à soigner leurs concitoyens, dans le respect de règles sanitaires strictes et contraignantes.

Téléchargez notre enquête en cliquant ici

 

A propos de l’Union Dentaire

Syndicat de chirurgiens-dentistes régi par la loi du 21 mars 1884 | Membre fondateur de l’ADF | Membre fondateur de l’UNAPL

Depuis 60 ans, l’Union Dentaire se bat pour penser et agir en faveur de l’avenir de la profession de chirurgiens-dentistes en France. Présente localement auprès de ses adhérents et des praticiens en général, l’Union Dentaire est l’un des principaux syndicats représentatifs de la profession de chirurgien-dentiste.

 

Edito : La démographie, un sujet pressant pour préparer l’avenir de la profession

La rentrée est déjà loin. Nous enchainons les patients. Le retard pris pendant le confinement ne se comble toujours pas. Nos personnels sont  exaspérés par les difficultés de gestion du planning et font face parfois au mécontentement des patients. Et bientôt, l’hiver arrivera et nos cabinets, aérés tous les quarts d’heure, deviendront de vraies glacières. Si nous nous protégeons déjà contre le CoVid, il faudra bientôt qu’on se prémunisse aussi contre la grippe et les rhumes.

Les chirurgiens-dentistes se retrouvent parfois seuls, démunis. Cette sensation est augmentée par la fatigue des longues heures passées au cabinet.

Et c’est encore plus le cas lorsque vous vous trouvez dans les zones sous-dotées, loin de consœurs et de confrères pour vous épauler et échanger.

Pour l’Union Dentaire, la question de la démographie est capitale. C’est un enjeu majeur de notre pratique sur le territoire : pour une meilleure répartition des soins pour tous les Français, partout.

C’est pourquoi il est également urgent d’aborder ce sujet. Il fait partie intégrante de la convention signée en 2018. Nous devons préparer l’avenir. Pour cette raison, nous avons demandé à ce que l’Union Nationale des Étudiants en Chirurgie Dentaire (UNECD) rejoigne les syndicats signataires au groupe de travail sur la démographie.

Certains départements de France métropolitaine se retrouvent avec moins de 40 chirurgiens-dentistes pour 100 000 habitants*, soit moins d’un chirurgien-dentiste pour 3300 habitants. La Creuse, l’Eure, l’Indre, la Manche, la Mayenne, l’Orne, la Somme, l’Yonne sont les moins dotés. En Outre-Mer, le constat est alarmant : 1 chirurgien-dentiste pour 3450 en Guyane et 1 pour 16600 habitants à Mayotte ! Les régions de la côte Nord jusqu’aux zones rurales continentales sont, sans surprise, les plus défavorisées. Le Sud-Ouest, le Sud-Est, la Bretagne Sud et l’Est de la France sont les mieux dotés. A l’autre bout de l’échelle, en comparaison, à Paris, on a 1 chirurgien-dentiste pour 709 habitants !

Ces différences flagrantes pointent du doigt l’inégalité d’accès aux soins. Une action concertée entre les différents acteurs nationaux et locaux est indispensable. On ne peut pas séparer l’accès aux soins des différents outils incitatifs à l’installation. L’Union Dentaire travaille activement à des propositions pour trouver des solutions concrètes à l’installation des jeunes chirurgiens-dentistes répondant à la fois à leur désir d’exercer, quel que soit leur mode d’exercice, et aux besoins de la population et des territoires.

Notre profession a, plus que jamais, besoin d’une réflexion à court terme pour résoudre nos problèmes quotidiens dus au CoVid mais aussi d’une réflexion prospective pour envisager l’avenir des chirurgiens-dentistes en France. Maintenant qu’il est plus difficile de voyager à l’étranger à cause du CoVid-19, il serait peut-être temps de ne pas remettre toutes ces discussions aux calendes grecques, non ?

 

Franck MOUMINOUX
Secrétaire Général
Chirurgien-dentiste (Aurillac, 15)

Carte élaborée par l’Union Dentaire d’après les données compilées par l’ONCD et statista.com. Chiffres de 2018