Informations sur l’UJCD regroupant les Diffusions Publiques, Diffusions Adhérents et les Diffusions Cadres.

Paracétamol = Danger ?

 

Le paracétamol est l’un des médicaments les plus utilisés au monde. 

Mal de crâne, petits bobos, maux de dents, qui ne se jette pas sur son Doliprane, Dafalgan ou autre Efferalgan pour soulager cette petite douleur chronique?

Utilisé à bon escient, le paracétamol est un médicament sûr et efficace. Cependant en cas de surdosage, celui-ci peut entraîner des lésions graves du foie irréversibles dans certains cas. 

Le paracétamol peut être dangereux pour le corps humain, du moins s’il est consommé de façon excessive, alerte l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM).

 

C’est pourquoi cette organisation a décidé d’apposer une mention sur les boîtes de ce médicament :

 

Les laboratoires concernés ont 9 mois pour ce mettre aux normes.

Le surdosage de paracétamol est la première cause de greffe hépatique d’origine médicamenteuse.

Selon le professeur Cyrille Ferray, gastro-entérologue et hépatologue à l’hôpital Paul-Brousse à Villejuif, les risques sur le foie liés à une surconsommation du paracétamol sont très souvent méconnus des populations, et pourtant certaines personnes sont particulièrement exposées. C’est le cas notamment des personnes alcooliques ou souffrant de dénutrition.

N’oublions pas le mouvement d’indignation à l’annonce du décès de Naomi Musenga, une Strasbourgeoise de 22 dont l’appel de détresse avait été négligé par une régulatrice du Samu.  La lumière a été faite sur les circonstances de la mort de la jeune femme. Le décès serait la conséquence d’«une intoxication au paracétamol absorbé par automédication sur plusieurs jours».

La destruction évolutive des cellules du foie a emporté une défaillance de l’ensemble de ses organes conduisant rapidement à son décès.

 

En cas d’excès de paracétamol, les capacités épuratrices du foie sont épuisées et une hépatite fulminante potentiellement mortelle peut survenir.

 

Il nous revient en tant que soignant de bien prévenir nos patients des risques encourus en cas de surdosage.

https://www.ansm.sante.fr

 

Par Sophie Brassart, Vice-Présidente de l’Union Dentaire 

Janvier 2020 : ce ne sera pas que le RAC 0 !

Début du RAC 0 :

La nouvelle convention signée en 2018 met en place des plafonnements, mais aussi un remboursement intégral RO (Régime Obligatoire) + RC (Régime Complémentaire) sur un certain nombre d’actes prothétiques qui constituent le panier 100% Santé . Certains actes du panier modéré sont aussi plafonnés mais remboursés suivant les contrats mutuelles des patients.

La convention dans son article 26.4 prévoit aussi un nouveau devis, pour répondre aux attentes des nouvelles modalités de remboursement. Dans le cas où subsiste un reste à charge une proposition d’alternative thérapeutique doit être faite au patient. Le modèle de devis est en cours d’élaboration.

 

 

Fin du plastique Jetable :

À partir du 1er janvier 2020, l’interdiction du plastique va s’étendre à de nouveaux produits plastiques dits « à usage unique » (après les sacs plastiques dans les commerces) :

– la vaisselle jetable en plastique : gobelets, verres et assiettes jetables (loi sur la transition énergétique et la croissance verte du 17 août 2015)

– les bouteilles d’eau en plastique dans les cantines scolaires (loi du 30 octobre 2018 dite « loi Egalim ») les touillettes et pailles en plastique dans la restauration, la vente à emporter, les cantines et les commerces alimentaires (loi du 30 octobre 2018 dite « loi Egalim »)

– les cotons-tiges en plastique (article 124 de la loi du 8 août 2016 pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages)

Par ailleurs la directive européenne du 5 juin 2019 prévoit, notamment, l’extension de la liste des produits interdits à compter de 2021.

Bien que nous ne soyons pas directement visés par ces directives, certains produits que nous utilisons régulièrement seront très certainement soumis à restriction comme les gobelets en plastique, les applicateurs plastiques à usage unique …

 

 

Aide Immédiate au Décès :

Quelle n’a pas été la surprise des cotisants à l’aide immédiate au décès de recevoir une LRAR de La Médicale gestionnaire du contrat leur annonçant sa résiliation au 31/12/2019.

Dans un courrier quelques jours plus tard, le CNO confirme qu’il a pris la décision d’interrompre unilatéralement ce contrat dont il est l’initiateur.

Les quelques 5000 cotisants dont certains ont versé leur prime pendant plusieurs années, voire plusieurs dizaines d’années, l’ont fait en pure perte.

 

 

Windows 7 :

Microsoft interrompt les mises à jour de Windows 7 au 14 Janvier 2020.

Il y a quelques années Windows XP a été terminé (8 Avril 2014) suivant le même processus. En théorie, il n’y a avait plus de correctifs et plus de mise à jour. Pourtant, certains utilisateurs ont rencontré des troubles notables sur leurs logiciels métiers : plantages à répétition, impossibilité d’accéder au logiciel d’imagerie, etc… En effet un correctif avait été téléchargé malgré tout, entrainant des modifications substantielles du système.

Pour se prémunir de ce type de désagrément, il faut prévoir d’effectuer des points de restauration fréquents (Panneau de Configuration-> Système -> Protection Système -> Créer un point de restauration). En cas de modification néfaste du système, il est ainsi possible de revenir en arrière et de retrouver une situation stable.

Par mesure de précaution, on peut aussi songer à désactiver les mises à jour automatiques dans Windows Update.

 

 

Encore quelques jours pour se préparer, alors bon réveillon 😉

 

 

Par Bruno Levollant, Secrétaire Général Adjoint 

Cette rentrée 2019 annonce de nouvelles avancées et de nombreux changements à venir pour notre profession.
Qui dit changements, dit action syndicale de réflexion, d’accompagnement, voire de combat en cas d’incompatibilité de
ceux-ci avec notre vision de l’avenir de notre exercice. L’UD comme à son habitude sera omniprésente.

 

Si l’actualité la plus proche concerne toujours la nouvelle convention et ses évolutions programmées, de nombreux chantiers se profilent et nous mobilisent :

– C’est d’abord le nouveau devis conventionnel qui va nous interpeller ; en effet, si les effets de la nouvelle convention avec ses différents paniers vont se concrétiser pour partie en janvier 2020 avec des actes en RAC 0, l’élaboration du devis conventionnel pose encore de nombreuses questions et n’est pas, en l’état, susceptible d’être signé par l’Union Dentaire . Il est en effet hors de question que l’aspect comptable y prenne le pas sur la proposition thérapeutique ad hoc du praticien à son patient ;la première séance de négociation sur ce sujet ayant lieu le 13 septembre, il va de soi que les semaines à venir seront décisives.

 

– C’est aussi l’indexation des plafonds prothétiques, exigée par l’UD ; les forfaits « handicap » ; la prise en charge globale de la prévention … tout ce qui fait la vie conventionnelle et l’évolution de notre cadre d’exercice.

 

Mais au delà de ces problématiques immédiates et conventionnelles, de nombreux aspects de notre profession vont être modifiés :

La première année des études médicales et odontologiques va être redéfinie ainsi que l’accession plus équitable à la seconde année.

Le troisième cycle est en cours de transformation avec la question à trancher rapidement concernant de nouvelles spécialités et l’acquisition de compétences particulières pour certaines et certains d’entre nous.

– C’est aussi la réforme de notre régime de retraite dans le cadre universel proposé par le gouvernement et censé mettre fin aux régimes spéciaux.

– Sans oublier, nos équipes et l’évolution tant de fois évoquée (mais encore non effective!) du métier de nos
assistantes/assistants 
et les nouvelles tâches à leur affecter…….

 

Vous le voyez, après des années d’inertie, le calendrier est aujourd’hui très chargé ; c’est ce que souhaitait l’Union Dentaire depuis longtemps , mais c’est aussi un challenge à relever ; un combat de tous les jours. En clair, l’essence même  de notre action syndicale.

 

Bonne reprises à toutes et à tous.

 

Sachez  que vous pouvez compter sur la détermination et la pugnacité de votre syndicat pour toutes ces discussions et prises de décision ; l’UD est et sera toujours à vos côtés.

Cyber risques

Cher(e) adhérent(e),

Le monde de la santé est de plus en plus dématérialisé et connecté, vous communiquez, échangez et conservez des données confidentielles et médicales de vos patients via vos supports informatiques et cloud.

Vous devez, dès lors, relever de nouveaux défis face à de nouveaux risques qui peuvent mettre en péril votre réputation et celle de votre cabinet dentaire :

• perte d’informations confidentielles et médicales
• piratage informatique
• dangers spécifiques liés au cloud computing

C’est pourquoi, j’ai sélectionné, pour vous, LA solution d’assurance qui vous garantit tant pour les pertes que vous allez subir que les préjudices que cela pourrait causer à des tiers du fait d’atteintes aux systèmes d’information de votre cabinet et/ou aux données personnelles ou confidentielles.

C’est le contrat Cyber négocié par Gras Savoye, auprès de la compagnie d’assurance AIG. Cette solution vous accompagne notamment dans la gestion des incidents avec une équipe de gestion de crise dédiée, disponible 24h/24, grâce à une palette d’experts spécialisés (juridique, technologie, réputation et communication, cyber-extorsion…) pour vous permettre de solutionner au plus vite cet incident et d’assurer ainsi la continuité de vos activités médicales.

Comme toujours, l’équipe dédiée Gras Savoye reste à votre disposition pour vous présenter l’offre en détail et répondre à toutes vos questions via l’adressse union.dentaire@grassavoye.com

Bien confraternellement,

Philippe DENOYELLE