Informations sur l’UJCD regroupant les Diffusions Publiques, Diffusions Adhérents et les Diffusions Cadres.

Téléconsultation : ça avance mais attention !

Le numérique et la santé, c’est l’axe de travail que tient à mener le Ministère de la santé à partir de 2021. Le conseil de l’UNCAM a voté en septembre 2020 les orientations en vue de l’ouverture de négociations conventionnelles en faveur notamment de la télésanté et du numérique en santé pour toutes les professions de santé.

L’article de loi L.6316-1 du code de la santé publique donne une définition précise de la télémedecine*.

Jeudi 3 décembre 2020 s’est déroulée la première séance de négociations conventionnelles des chirurgiens-dentistes pendant laquelle l’Union Dentaire a défendu les prérequis, le cadre et le déroulé de la mise en place de la téléconsultation et de la télé-expertise.

La téléconsultation est réservée à l’urgence et les patients dans l’impossibilité de se déplacer.

L’UD, par son expertise, a permis d’éviter toute dérive mercantile telle que l’exercice exclusif de la téléconsultation par des centres mais en a élargit le spectre d’utilisation.

Dans sa démarche d’accès aux soins la CNAM ne va malheureusement pas au bout de son idée et devra se résoudre modifier sa proposition. En effet dans l’état actuel du texte, l’UD n’apposera pas sa signature si la CNAM ne lève pas les freins nécessaires à une véritable réussite de la téléconsultation. Les outils sont existants et fonctionnels, un cadre trop restrictif risque d’en rendre l’usage contre-productif au détriment des malades.

 

 

 

*Article L.6316-1 du code de la santé publique :

La télémédecine est une forme de pratique médicale à distance utilisant les technologies de l’information et de la communication. Elle met en rapport un professionnel médical avec un ou plusieurs professionnels de santé, entre eux ou avec le patient et, le cas échéant, d’autres professionnels apportant leurs soins au patient. 

Elle permet d’établir un diagnostic, d’assurer, pour un patient à risque, un suivi à visée préventive ou un suivi post-thérapeutique, de requérir un avis spécialisé, de préparer une décision thérapeutique, de prescrire des produits, de prescrire ou de réaliser des prestations ou des actes, ou d’effectuer une surveillance de l’état des patients

 

 

Avantage Supplémentaire Maternité refusé aux chirurgiens-dentistes

Un article a été ajouté, dans le Projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2021 (PLFSS), après l’article 33, visant à étendre le versement de l’Avantage supplémentaire maternité (ASM) « aux chirurgiens-dentistes, aux sages-femmes ou aux auxiliaires médicaux interrompant leur activité médicale pour cause de maternité ou de paternité ».

Depuis 2017, l’avenant 3 de la convention des médecins libéraux avait instauré cette aide financière complémentaire* pour ces praticiens interrompant leur activité pour cause de maternité, de paternité ou de congé d’adoption.

L’Union Dentaire s’était indignée de cette inégalité de droits et avait demandé l’extension de cet avantage à l’ensemble des professionnels de santé libéraux. https://www.union-dentaire.com/conge-maternite/

Cet article 33 bis B avait été adopté en première lecture au Sénat le 17 novembre 2020.

La commission de l’Assemblée Nationale a adopté le jeudi 19 novembre, l’amendement visant à sa suppression. Par conséquent, l’article 33 bis B a été supprimé !

 Pourtant, pour les jeunes chirurgiens-dentistes qui s’installent après leurs études, cette protection sociale équitable est plus que nécessaire, pour favoriser la prise effective des congés parentaux et faire face aux frais de fonctionnement de leur cabinet dentaire.

L’UD salue rappelle que les aides actuelles sont dérisoires pour un praticien installé ou en collaboration qui arrête son activité pendant ce congé.

Elle demande par ailleurs un contrat de remplacement spécifique, permettant si besoin une reprise d’activité progressive.

 

* Le montant de cette aide financière complémentaire en 2020, pour trois mois de congés maximum, s’élève à 3100€ par mois. Il s’ajoute aux indemnités journalières et à l’allocation forfaitaire unique de repos maternel.

Tout sur les tests antigéniques du SRAS-CoV-2

Sommaire

 

A quoi ça sert?

Le test antigéniques sert à déceler les antigènes produits par le virus et permet de détecter si la personne testée est infectée. C’est un prélèvement par voie nasale avec un écouvillon comme le test RT-PCR.

Résultat disponible en 15-30 minutes et pris en charge par l’Assurance Maladie (100%)

 

Reportage à l’hôpital Henri-Mondor AP-HP
Tests rapides antigéniques : un dispositif complémentaire à la PCR pour un dépistage de la Covid-19. En quoi consistent les tests antigéniques ? Quelles différences avec les PCR ? Pour qui ? 

Crédits APH-HP

 

Je suis chirurgien-dentiste, dois-je le faire?

L’arrêté du 4 décembre 2020 confirme que les chirurgiens-dentistes (et pas les assistant(e)s dentaires), sont autorisés à réaliser le prélèvement d’échantillon biologique pour l’examen de la détection antigénique du virus SARS-CoV-2 sur prélèvement nasopharyngé.

Ce prélèvement doit être fait dans un lieu isolé: salle dédiée à cet effet, à l’extérieur, dans la voiture du patient, …

Plus de précisions en cliquant ici

Pour pouvoir faire cet examen, il est impératif de suivre une formation.

 

Où dois-je me former pour effectuer ces tests antigéniques?

La formation est obligatoire mais seulement déclarative. La formation peut être effectuée par un pair ou une personne d’une autre profession de santé déjà habilitée à effectuer les tests antigéniques (un autre chirurgien-dentiste ayant déjà fait la formation, une infirmière, un pharmacien, un biologiste, …). Cette personne pourra ensuite vous faire une attestation sur l’honneur que vous avez bien effectué la formation.

Les distributeurs de tests délivrent également des formations en visio-conférence. D’autres formations sont disponibles en ligne, via l’AP-HP notamment.

La formation reprend les règles d’hygiène, de sécurité, d’habillement et de traçabilité pour effectuer le test.

Source: Ministère des Solidarités et de la Santé

 

Comment et où obtenir ces tests?

Gratuitement en pharmacie en présentant votre carte CPS et sur les mêmes modalités que les masques FFP2. Les dotations devraient être de 10 kits. Les tests autorisés sont listés en cliquant ici

 

Qui dois-je tester?

En priorité, les personnes symptomatiques, dans un délai inférieur ou égal à 4 jours après apparition des symptômes. Si vous le jugez nécessaire, vous pouvez faire un test sur les personnes asymptomatiques.

Attention : les cas contacts ne sont pas concernés. Ces derniers doivent réaliser un Test RT-PCR.

 

Le test est positif, que faire?

Le malade doit s’isoler et contacter son médecin traitant.

La réalisation d’un test RT-PCR n’est pas obligatoire sauf si le patient est à risque (pathologies ou plus de 65 ans).

Vous devez lui remettre la fiche de traçabilité téléchargeable ici

Vous devez saisir le résultat dans l’outil SI-DEP en cliquant ici. Munissez-vous de votre carte CPS ou e-CPS pour vous connecter. Puis appuyez sur Nouveau patient en haut à droite. Pour plus de renseignements, téléchargez le mode d’emploi de l’outil SI-DEP en cliquant ici

 

Le test est négatif, que faire?

Vous devez lui remettre la fiche de traçabilité téléchargeable ici

La réalisation d’un test RT-PCR est conseillée si le patient est à risque (pathologies ou plus de 65 ans).

Vous devez saisir le résultat dans l’outil SI-DEP en cliquant ici. Munissez-vous de votre carte CPS ou e-CPS pour vous connecter. Puis appuyez sur Nouveau patient en haut à droite. Pour plus de renseignements, téléchargez le mode d’emploi de l’outil SI-DEP en cliquant ici

 

Que facturer?

Nous avons convenu avec la CNAM que vous soyez rémunérés au même tarif que les médecins généralistes.

Lors d’une consultation :

  • Consultation + TAG : C*2.13 = 48.99 € (comme les médecins)
  • Consultation + TAG + Tracing : C*2.13 + MCD = 48.99 € + 30 € = 78.99 € (comme les médecins)

Au cours d’un acte technique :

  • Acte technique + TAG : tarif CCAM + U  = tarif CCAM + 26 €
  • Acte technique + TAG + tracing : tarif CCAM + U  + MCD = tarif CCAM + 26 € + 30 €

 

L’avis de l’Union Dentaire

L’Union Dentaire a demandé à ce que notre profession puisse participer, comme d’autres professions médicales, à la stratégie de dépistage de la covid-19. Depuis plusieurs semaines, nous échangeons avec l’Uncam sur ce sujet. Cette semaine, l’Union Dentaire et les autres syndicats dentaires ont été reçus par le cabinet d’Olivier Véran, Ministre de la Santé, pour recueillir notre avis.

Nous sommes aujourd’hui reconnus comme acteur de cette opération et personnel soignant à part entière.

Nous voulions que cet acte soit rémunéré au même niveau que les médecins: c’est chose faite

Il ne s’agit pas de tester nos patients pour savoir s’ils sont positifs AVANT un soin. Aucun test ne le permet.

Il s’agit pour notre profession d’apporter son aide et son expertise au dépistage de la population.

Elections URPS : vérifiez que vous êtes inscrit sur les listes électorales

Les élections professionnelles URPS de votre région auront lieu du 31 mars au 7 avril 2021 par voie électronique.

A partir d’aujourd’hui, vous devez vérifier les informations inscrites sur les listes électorales vous concernant en vous rendant sur le portail électeur en cliquant ici

Date limite de vérification : 31/12/2020

Pour toute réclamation ou en cas d’erreur, vous êtes invités à faire vos corrections à la Direction de la Sécurité sociale.

Si vos informations sont incorrectes ou que vous ne vous vous y trouvez pas, il ne sera pas possible de voter.

 

A quoi servent les élections et les URPS?

Ce scrutin est important car il détermine la représentativité des différents syndicats dans notre profession.

C’est cette dernière qui permet de participer et de peser au niveau des négociations professionnelles et avec les organismes institutionnels.

 

Qui peut voter?

Seuls les chirurgiens-dentistes libéraux en activité au 02/12/2020 pourront voter pour ces élections. Les praticiens qui partiront en retraite après le 02/12/2020 pourront encore voter au printemps 2020.

 

Comment vérifier que je suis bien sur les listes électorales?

  • Munissez-vous de votre numéro RPPS.
  • Cliquez ici ou sur le bouton ci-dessous pour vous connecter.
  • Sur le site Internet, cliquez sur le bouton Je consulte ma liste électorale
  • Renseignez votre n° RPPS et cliquez sur Valider
  • Vérifiez que les informations indiquées sont correctes
  • En cas d’erreur ou si vous ne vous y trouvez pas, cliquez sur Demande de rectifications dans le bandeau à gauche de l’écran
  • Si vous n’arrivez pas à vous authentifier au début du processus, vous pouvez cliquer sur le bandeau à gauche sur Je n’arrive pas à m’authentifier