L’UD vote oui !

 

Par Franck Mouminoux, Vice-président de l’Union Dentaire

 

Oui, l’Union Dentaire poursuivra jusqu’au bout les négociations conventionnelles. C’est par un vote unanime moins une voix qu’en ont ainsi décidé ses administrateurs nationaux, réunis ce jeudi 14 décembre à Paris. C’est donc renforcés par ce vote de confiance – et par l’approbation donnée par le Conseil d’administration à l’action conduite par son Bureau national – que les négociateurs de notre syndicat prendront place à nouveau le 15 décembre autour du tapis vert.

Chacun comprend bien que c’est une nouvelle étape qui va commencer dans le cycle de négociations. Après les actions qui se sont déroulées voilà quelques jours seulement, dans les cabinets et à l’occasion du congrès de l’ADF, la mobilisation de la profession n’est plus à démontrer. Et telle est bien la signification du vote de notre CA national : tout doit être tenté pour parvenir, si c’est possible, à un accord conventionnel équilibré, seule possibilité pour mettre fin définitivement au règlement arbitral.

 

Oui, l’UD continuera à se battre jusqu’au bout des négociations en cours. Non, elle ne restera pas spectatrice ou observatrice comme certains se complaisent à le faire, face aux représentants de l’UNCAM et de l’UNOCAM. L’Union Dentaire veut obtenir ce que la profession est en droit d’attendre : le droit de pratiquer des soins de qualité en rapport avec les dernières innovations technologiques, des soins précoces et préventifs forts, le maintien de véritables espaces de liberté.

Nous pouvons lire ou entendre çà et là que notre syndicat aurait déjà validé un nouveau texte conventionnel…Négocier serait-il donc signer ? Bien sûr que non ! Négocier, c’est respecter tous les praticiens, et œuvrer pour qu’ils puissent obtenir toutes les avancées légitimes pour leur avenir !

 

Notre Conseil d’administration a été particulièrement clair : l’UD ne signera que si la profession en retire un avantage conséquent, notamment pour les jeunes générations qui sont appelées à nous remplacer dans les prochaines années. Mais, faire croire aux praticiens ou aux futurs diplômés qu’ils vont obtenir plus de 2 milliards d’euros de revalorisations serait une attitude indigne d’un syndicat responsable.

Certes, un grand nombre de nos propositions ont déjà été retenues par l’UNCAM, grâce à un travail acharné, séance après séance. Cependant, nous sommes encore loin du compte, notamment en matière de plafonnements d’une partie de notre activité, ce qui, pour l’instant, n’a fait l’objet que de propositions jugées indécentes pour la profession. C’est pour cela que l’UD continuera à aller au combat, comme elle l’a fait depuis le 15 septembre.

 

L’UD continuera donc à s’opposer à ce règlement arbitral qui, si jamais il était appliqué, mettrait la profession dans une situation totalement intenable ! La lutte contre le règlement arbitral passe obligatoirement par la recherche d’une nouvelle convention, donc par une participation active à la négociation.