Ça y est, nous y sommes !

 

La nouvelle convention vient de faire son entrée remarquée dans nos cabinets dentaires.

Depuis le premier avril, chaque praticien ayant procédé à la mise à jour de son logiciel métier, peut faire le constat appréciable des premières revalorisations des soins conservateurs et de l’apparition d’actes nouveaux demandés avec force et persévérance par la profession.

 

La viabilité de notre exercice ne pouvait plus dépendre ad aeternam de la seule rentabilité des prothèses. Celles-ci ne correspondront plus à terme aux besoins des patients des jeunes générations de chirurgiens-dentistes.

Il était indispensable d’amorcer le rééquilibrage de notre activité par des valorisations de nos soins et donner un grand « coup de pouce » à la prévention.

 

Ainsi, par exemple:

  • Aucune valeur d’acte n’est en dessous de celle de la consultation
  • Les restaurations sont revalorisées à hauteur de 48% (une face, deux faces, trois faces, un angle, deux angles, obturation à ancrage radiculaire) ; ces revalorisations vont s’amplifier en 2020,2021, 2022 et 2023 et d’autres vont s’y ajouter.
  • Les inlays et onlays, plus respectueux du tissu dentaire, sont mieux pris en charge.
  • Des actes nouveaux sont pris en charge comme le coiffage pulpaire direct (remboursé et à tarif opposable de 60€).
  • Un effort est porté sur la prévention : les scellements de sillons sont remboursés pour les patients jusqu’à 16 ans ; les vernis fluorés sont pris en charge (au tarif opposable de 25 € pour une application sur les 2 arcades, pour les 6-9 ans, deux fois par an en cas de risque carieux élevé.), le bilan M’t dents est étendu aux enfants de 3 ans.
  • Une amélioration pour la prise en charge des patients avec handicap ou déclarés en ALD : supplément de 100 € pour un patient en situation de handicap, supplément de 20€ pour soins chirurgicaux pour patient en ALD et traité par anticoagulants oraux directs ou par anti vitamine K, bilan parodontal remboursé à hauteur de 50€ pour un patient en ALD diabète.

 

Les contreparties sont des plafonnements progressifs qui s’appliquent sur certaines prothèses conjointes au premier avril 2019.

Elles impacteront surtout les praticiens des grandes villes et dans certaines régions.

 

Le panier RAC modéré et surtout le panier libre permettront à toutes et à tous de pratiquer leur exercice en conservant leur liberté de proposition.

Les praticiens n’auront pas l’obligation en 2019 de présenter à leurs patients un devis sans reste à charge puisque le « 100 % santé » ne débutera qu’en 2020.

L’Union Dentaire participe toujours activement au Groupe de travail sur le devis pour y défendre les intérêts de la profession ; ce sont les praticiens qui sont les plus avisés pour conseiller leurs patients ; une alternative systématique en reste à charge zéro n’a pas lieu d’être !

 

Rappelons aussi que cette nouvelle convention est évolutive ; pour la première fois la valeur de nos actes prothétiques sera indexée sur l’évolution de notre taux de charges.

Pour les plus curieux et ceux qui veulent savoir exactement ce qu’il en est, un examen succinct du règlement arbitral, annulé définitivement par cette nouvelle convention permettra tout de suite de se rendre compte de la différence avec ce nouveau texte signé par l’UD et les CDF.

 

Si vous rencontriez des difficultés à coder ou encore à procéder à votre MAJ logiciel, nous avons mis à votre disposition sur notre site des fiches indispensables qui vous permettront de compléter vos feuilles de soins.

 

L’UD a signé la convention en juin 2018, parce que, année après année, le solde entre valorisations et plafonnements est positif pour la grande majorité de la profession et le sera à terme pour TOUTE la profession.

 

Bonne route à vous dans cette nouvelle convention !