Une bactérie responsable de la maladie d’Alzheimer ?

Aujourd’hui, en France, près de 3 millions de personnes sont directement ou indirectement touchées par la maladie d’Alzheimer.

Dans une étude menée par l’Université de l’Illinois à Chicago, des chercheurs, guidés par le professeur Keiko WATANABE, du Collège de dentisterie, ont conclu que l’exposition à long terme à des bactéries responsables de maladies parodontales provoquerait chez la souris une inflammation et une dégénérescence des neurones du cerveau semblables aux effets d’une neuropathologie de type Alzheimer chez les humains. Les résultats (article publié dans la revue PLOS One) , indiquent qu’une infection courante des gencives pourrait être à l’origine de la maladie d’Alzheimer, incurable aujourd’hui.

Ils ont testé l’effet d’une exposition répétée à la bactérie Porphyromonas Gingivalis chez une souris de souche sauvage, c’est à dire non manipulée génétiquement : 10 souris ont donc été mises en contact avec cette bactérie pendant 22 semaines, déclenchant une parodontie chronique, tandis que dix autres souris formaient le groupe contrôle.

Puis, leurs tissus cérébraux ont été prélevés et analysés.

La microscopie a révélé des signes de neuropathologies typiques que l’on retrouve dans la maladie d’Alzheimer.

C’est la première recherche qui prouve que cette bactérie parodontale provoque la formation de plaque qui accélère le développement de la neuropathologie chez les patients atteints de la maladie d’Alzheimer.

Les chercheurs ont conclu que « Les caractéristiques neuropathologiques observées dans cette étude suggèrent fortement que l’infection par un pathogène parodontal chronique de faible grade peut entraîner le développement d’une neuropathologie compatible avec celle de la maladie d’Alzheimer »