DÉSERTS MÉDICAUX, DÉPASSEMENTS : L’ORDRE DES MÉDECINS POUR LA COERCITION

Le Conseil national de l’Ordre des médecins  a rendu public, le 29 mai, les recommandations  sur le thème de l’accès aux soins, thème prioritaire retenu par l’instance ordinale en début d’année.

Il en est ainsi de la première de ces idées, concernant la limitation de la liberté d’exercice. « Constatant l’échec des aides incitatives et face à la répartition régionale inégale des médecins », l’Ordre préconise en effet d’obliger les jeunes médecins à exercer, pendant cinq ans, dans leur région de formation. « La détermination des lieux d’exercice, quelles qu’en soient leurs modalités, à l’intérieur de la région se ferait sous la conduite de l’ARS en fonction des besoins identifiés par unités territoriales, et en liaison étroite avec le conseil régional de l’Ordre. »

Sur le terrain des rémunérations, le Cnom est tout aussi précis. Après avoir demandé aux médecins du secteur 2 de réserver au moins 30% de leurs actes au tarif du secteur I, d’avoir rappelé que l’article 7 du code de déontologie, qui prévoit un devoir de non discrimination, s’impose à tout médecin quel que soit son secteur d’exercice et que, « de façon générale, le médecin doit rester dans une pratique modérée de ses honoraires tenant compte des besoins de la population, du reste à charge que le patient peut assumer et de la situation du bassin de vie. », le Cnom propose de limiter les déplacements d’honoraires à un plafond de 3 à 4 fois le montant opposable de l’acte, « pour en finir avec les excès incompréhensibles ».

Source: “Le fil social”

POSITION DU CNOM SUR LES DÉSERTS MÉDICAUX: VIVES RÉACTIONS CHEZ LES JEUNES MÉDECINS

La recommandation du Conseil national de l’Ordre des médecins de contraindre les jeunes médecins, et seulement eux, à exercer cinq ans sur un site déterminé par les ARS dans leur région de formation a suscité une véritable levée de boucliers chez les futurs et jeunes professionnels. Pour  l’ISNAR-IMG (internes en médecine générale) “l’Ordre brade sa jeunesse”. Même tonalité du côté de l’ISNIH (internes des hôpitaux) et de l’ISNCCA (chefs de cliniques) qui estiment que ces propositions « mettent gravement en péril l’attractivité de la médecine libérale pour les jeunes médecins »

Source: “Espace social européen”

PLAINTES ABUSIVES: DU NOUVEAU

Le nombre de plaintes de patients envers leur praticien ne cesse d’augmenter, en particulier en ces temps de crise, et un nombre non négligeable de ces plaintes sont abusives.

C’est ce que l’on pourrait appeler (rien à voir avec la tectonique des plaques) la “dérive américaine”; ce faisant elles encombrent les tribunaux, et prêtent bien entendu un tort difficilement réparable à l’incriminté.

Jusqu’alors ces plaintes abusives étaient peu sanctionnées; selon le bulletin de Mai 2012 du Collège Odontologie et Droit les choses sont en en train de changer et le praticien peut lui-même porter plainte pour procédure abusive.

Mise à jour le Lundi, 02 Juillet 2012 11:36

PAD ET HYGIÈNE BUCCO-DENTAIRE : UNE EXPÉRIMENTATION RÉGIONALE

La Mutualité Française, par l’intermédiaire de son réseau Générations Mutualistes, développe sur quatre régions un programme de formation des personnels des EHPAD et des “services mutualistes” à l’hygiène bucco-dentaire des personnes âgées dépendantes.

Ce programme qui existe depuis 6 ans en Bourgogne est étendu à la Franche-Comté, l’Auvergne,Midi-Pyrénées et Poitou-Charentes, et sera étendu progressivement à tout le territoire.Il dure deux jours, et porte entre autres, sur les fonctions et les pathologies de la bouche, et les techniques de la toilette bucco-dentaire.
De plus, d’autres actions complètent le programme vis à vis du personnel des établissements, des résidents, et de leurs familles.

Mise à jour le Mardi, 26 Juin 2012 16:50