Les vrais combats syndicaux : Comment l’UD aborde 2018 ?

 

Par Franck Mouminoux, Vice-Président de l’Union Dentaire

 

La fin de l’année 2017 n’a pas été de tout repos, loin de là ! Les négociations conventionnelles, qui ont repris en septembre, ont nécessité beaucoup de notre temps et de notre énergie. Au fil des séances, nous avons vu se préciser la direction vers laquelle souhaite aller l’UNCAM par rapport aux axes de revalorisations et aux plafonnements prothétiques qu’elle veut mettre en place. Aucun représentant syndical négociateur, quel qu’il soit, ne peut maintenant l’ignorer.

Nous avons toujours l’espoir de réussir à signer une nouvelle convention initiant ce que la profession réclame depuis des années : une meilleure revalorisation de la prévention et des soins précoces. Mais nous sommes encore et toujours très loin du compte !

 

L’Union Dentaire vient de diffuser sur son site un tableau synthétisant les propositions de chacun des syndicats . En le parcourant, chacun pourra se faire son opinion sur le chemin qu’il reste encore à parcourir… Nous affirmons que les propositions de notre syndicat permettraient à la profession de changer de paradigme et de franchir enfin le pas d’une dentisterie moderne, en garantissant aux praticiens qu’ils pourront vivre de leur activité, quels que soient les actes réalisés.

Ce vendredi 19 janvier, Philippe DENOYELLE Président de l’UD va rencontrer Nicolas REVEL Directeur général de l‘UNCAM en réunion bilatérale. Il lui présentera à nouveau les propositions que notre syndicat souhaite inscrire dans la nouvelle convention. Il lui rappellera la nécessité d’aller au-delà de ce qui a déjà été obtenu. La signature de l’UD ne sera acquise que si le gain final pour la profession est suffisamment significatif. Elle doit permettre aux professionnels de santé que nous sommes de disposer des nouvelles technologies, d’assurer dans la durée l’investissement et le fonctionnement d’un plateau technique digne de ce nom.

 

Défendre la profession lors de ces négociations, c’est aussi aller au-delà des revalorisations en matière de prévention et de soins précoces. Nous devrons ainsi tenir compte de la promesse électorale du candidat Macron qui nous impose de définir dans une négociation conventionnelle déjà complexe un reste à charge zéro (RAC 0) sur certains actes de prothèses. Devenu président de la République, nous savons qu’il mettra tout en œuvre pour que cette mesure soit un acquit social majeur de son mandat. Ceux qui prétendent encore aujourd’hui qu’il faut se battre contre la mise en place de ce RAC 0 mentent à la profession et se trompent de bataille. Pour sa part, l’UD se battra pour en limiter l’incidence, et mettra donc toutes ses forces dans le seul combat possible : que les actes figurant dans ce RAC 0 soient peu nombreux tout en permettent à tout patient de bénéficier de la gratuité d’un panel d’actes dentaires essentiels.

 

À tous ceux qui en douteraient l’Union Dentaire ne déviera pas de sa ligne politique. Nous rechercherons toujours l’unité professionnelle. Notre syndicat concentrera son énergie au service de l’ambition qu’il porte pour l’avenir de la profession.

Nous le devons aux praticiens qui exercent aujourd’hui, mais aussi et surtout aux futurs praticiens que sont nos étudiants actuels.