Pendant le PLFSS, les travaux continuent

 

Le projet de loi pour le financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2018, actuellement en cours d’examen par les parlementaires, ne comporte qu’une seule mesure applicable au dentaire, à savoir le report du règlement arbitral. L’article 44 officialise ainsi l’engagement pris en juillet dernier par la ministre de la Santé auprès des trois syndicats représentatifs de la profession : donner à la nouvelle négociation conventionnelle le temps nécessaire et suffisant.

Cela répond aux souhaits que nous avions formulés. Pour ce nouveau « round », essentiel pour l’avenir de l’ensemble des consœurs et confrères, l’importance des enjeux impose que la négociation ne se déroule pas sous la contrainte d’un calendrier trop étroit. Car il s’agit bel et bien de négociation et non de discussions plus ou moins réglées d’avance : dès la séance d’ouverture, le 15 septembre dernier, l’Union Dentaire l’a clairement montré en affirmant sa détermination.

Naturellement, nous suivrons avec attention les différentes phases de l’examen du PLFSS à l’Assemblée nationale et au Sénat, car c’est bien de ce texte que dépendront les capacités de financement dont l’assurance maladie disposera pour l’ensemble de la médecine de ville, à laquelle appartient notre secteur d’activité.

Pour notre syndicat, le début de l’automne est traditionnellement consacré aux réflexions en commun de l’ensemble de nos cadres, qui se réunissent ces jours-ci pour leur habituel séminaire. Au menu de cette édition 2017, l’examen critique de la situation conventionnelle, l’approfondissement des propositions de réforme portées par l’Union Dentaire et l’examen de nouvelles pistes pour notre exercice futur.

Au-delà du panier d’actes essentiels, qui se trouve au centre des négociations conventionnelles, c’est l’ensemble de l’exercice libéral de demain que nous voulons ainsi embrasser. Ce travail collectif nous est particulièrement précieux car il représente un de ces moments forts où s’exprime de façon concrète notre conception de la démocratie interne et où se manifestent l’esprit d’ouverture et la vitalité de notre syndicat.