Négos : sachons concrétiser les ouvertures

 

La réouverture prochaine de négociations conventionnelles est désormais certaine : ce sera le vendredi 15 septembre 2017 (afin d’écrire une nouvelle Convention qui remplacera le Règlement Arbitral, ainsi que la Convention de 2006 et ses 3 avenants).

 

Que devons-nous retenir de la rencontre avec Agnès Buzyn, le 13 Juillet dernier ?

 

  L’Union Dentaire salue bien évidemment le changement de méthode adoptée par la ministre : quelques semaines seulement après sa prise de fonctions, elle a choisi d’ouvrir un dialogue  alors que celle qui l’avait précédée dans ce même fauteuil ministériel s’était refusée pendant cinq ans à toute forme d’ouverture. Il va de soi que nous nous en félicitons. Il va de soi aussi que nous gardons la tête froide, car toutes les déclarations de la ministre ne sont pas empreintes de la même clarté.

 

Ainsi, lorsqu’elle évoque un « désinvestissement de la pratique des soins conservateurs » (*) nous voulons rappeler que, malgré le désengagement financier de l’assurance maladie obligatoire, il ne s’est produit ni recul ni – encore moins –  refus de la pratique des soins conservateurs de la part de nos consœurs et confrères. En revanche, cette sous-valorisation les a effectivement conduits à préserver l’équilibre financier de leurs cabinets au travers de la valorisation de certains actes de prothèses. Chacun doit prendre garde à ne pas confondre les causes et les conséquences.

 

L’Union Dentaire a déjà relevé des convergences possibles entre les propos récents de la ministre, confirmés lors de la rencontre, et les déclarations de notre syndicat : sur les conditions de suspension du règlement arbitral, sur la finalité de cette nouvelle négociation conventionnelle, sur la mise au point du panier d’actes essentiels/indispensables et sur la nécessité d’impliquer étroitement les complémentaires de l’UNOCAM. Autant de points qui devront être approfondis lors de la négociation, autant de sujets pour lesquels une démarche syndicale unitaire est plus que souhaitable.

 

En décidant de suspendre jusqu’au 1er janvier 2019 l’application des plafonnements du règlement arbitral, la ministre de la Santé a ouvert un large espace à la négociation entre les partenaires conventionnels, afin que ceux-ci puissent parvenir à la définition d’un « équilibre qui se substituerait au règlement arbitral ». Avec le report du règlement arbitral, le premier objectif de l’Union Dentaire est atteint, et nous pouvons revenir à la table des négociations pour obtenir plus et mieux pour la profession que lors des précédentes discussions.

Cet objectif doit mobiliser les forces vives de la profession, afin que les négociateurs, c’est-à-dire les représentants des syndicats représentatifs, puissent s’appuyer sur un large soutien de la part de l’ensemble de la profession.

 

(*) communiqué de presse du 13 juillet 2017