Syndicats et CCDeLi : même combat !

 

Après les élections législatives, le gouvernement va devoir entrer dans une phase active, notamment dans le domaine de la santé. Pour nous, chirurgiens-dentistes, il s’agit d’engager dès aujourd’hui, c’est-à-dire avant la trêve estivale, une nouvelle étape du combat de la profession pour l’abrogation du règlement arbitral et pour l’ouverture de nouvelles négociations conventionnelles.

 

Dans ce combat, il existe une place pour chacun de ceux, syndicats et CCDeLi, qui œuvrent pour la défense et le renouveau de l’exercice libéral. Pour que nous puissions réussir – ensemble – il est essentiel que chacun exerce, à la place qui lui revient, les responsabilités qui lui incombent.

 

C’est par l’affirmation de leur caractère asyndical que les cellules ont pu contribuer à mobiliser un grand nombre de consœurs et de confrères qui auraient vraisemblablement été peu enclins à suivre des « mots d’ordre » émanant de nos syndicats. À ce titre, le rôle des CCDeLi s’est révélé très positif et a montré la combativité de la profession. Nous espérons que cela permettra de faire progresser la démarche unitaire à laquelle nous ne cessons d’appeler, et que nous venons de renouveler tout récemment en vue prochaines des négociations conventionnelles.

 

L’Union Dentaire est particulièrement sensible au fait que les CCDeLi permettent des rencontres et des échanges entre chirurgiens-dentistes hors des postures syndicales et favorisent ainsi la recherche de ce qui nous rapproche plutôt que la mise en évidence de ce qui nous divise. Nous y voyons des signes très encourageants pour la constitution, que nous jugeons indispensable, d’une véritable « task force » de la profession face aux régimes d’assurance maladie.

 

En matière conventionnelle, c’est aux syndicats représentatifs qu’appartient la compétence de négocier, donc la responsabilité d’engager la profession. En 2016, alors que n’existait pas le régime d’exception instauré par le règlement arbitral, l’Union Dentaire avait déjà appelé à une démarche unitaire. Cette année, la situation fait de la définition d’une plate-forme commune une véritable obligation.

 

Parce que les négociations conventionnelles ont tourné court avant leur terme normal, parce que le règlement arbitral représente une grave menace pour tous les chirurgiens-dentistes, et parce que les confrères attendent de nous, responsables syndicaux, que nous soyons capables de passer outre nos différences pour nous unir sur l’essentiel. Les CCDeLi ont toute leur place dans la mobilisation de la profession et peuvent donner encore davantage de poids à nos revendications. À nous, syndicats représentatifs, de prendre en compte, dans le rôle qui est le nôtre, les demandes et les attentes qui s’expriment par leur intermédiaire.